Le management de Petro Chad Mangara (PCM – groupe Glencore) n’en a pas encore fini avec le processus de transfert de ses actifs tchadiens à Perenco. Ses salariés, qui réclament toujours le règlement de leurs droits sociaux, ont réussi à rallier à leur cause le secrétaire général de la présidence et ex-ministre de l’Enseignement supérieur, David Houdeingar Ngarimaden. Dans une lettre datée du 24 mai et adressée au ministère du Pétrole et à celui de la fonction publique au nom du chef de l’État Mahamat Idriss Déby, dit « Kaka« , il indique que ce dernier les « instruit d’exiger à la compagnie Glencore […] de solder les acquis sociaux de ses employés ».

Les conditions de séparation des salariés de Glencore ont fait l’objet de nombreux conflits depuis l’annonce de la cession à Perenco fin décembre 2021, notamment sur la question de la prime de séparation (AI du 19/01/22). Il reste encore des détails à régler – dont l’obtention de l’approbation des autorités tchadiennes – avant que cette cession concernant des blocs situés au sud de Doba (et sur lesquels sont situés les gisements producteurs de Badila et Mangara – 5 000 b/j) puisse être totalement achevée.

Tchadanthropus-tribune avec Africa intelligence

624 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire