C’est la 2ème fois que Paris abrite les négociations entre une délégation tchadienne à sa tête le ministre du Pétrole et le DG de la SHT, et l’ogre financier Glencore. Il faut dire que malgré l’entregent d’un lobby français, Glencore tient mordicus à ne pas céder un minime terrain afin que le régime Déby, à l’origine de cette crise, ne puisse souffler. La réputation de Glencore n’est plus à démontrer, tant par ses attitudes et aptitudes voraces et mercantiles. La restructuration de la dette de 1,4 milliard de dollars mine complètement les finances du Tchad, qui n’entrevoie aucune possibilité de rebond économique tant que cette épée de Damoclès plane sur sa tête. Une de nos sources à N’Djamena affirme avec colère “ça y est, nous serons plombé même en 2018 “. C’est dire que la crise qu’observe le régime Déby va perdurer jusqu’à l’hypothèque des maigres ressources du pays.

 

Au départ de cette affaire, en 2014, la contraction de 1,4 milliard de dollars arrangeait sur le présent Idriss Déby à faire face aux différentes adversités qui se posaient à lui. Aucune instance financière ne fut associée, tout comme les cadres du domaine ont été laissés pour compte. La demande et la contraction furent faites par Idriss Déby hymself. Et nous y voilà, l’engagement du Tchad s’en trouve écorné jusqu’à l’asphyxie financière de notre pays. Quand on fait les choses à tue-tête et par appétit mercantile, on finit par saper toute une méthode. Le pétrole du Tchad a rendu aveugles des autorités irresponsables face à la gestion de notre pays. La corruption et les détournements des deniers publics impunément a fini par faire évanouir notre économie. Aujourd’hui le Tchad est mort debout par la faute de ces irresponsables qui se sont enrichis eux-mêmes au détriment du peuple tchadien.

 

Entre le Tchad et Glencore, les positions demeurent figées et plus rien ne peut les rapprocher à cause des taux d’intérêt énormes et des pénalités qui n’arrangent pas le gouvernement tchadien. En marge du sommet Macron sur le G5 Sahel, les responsables tchadiens croyaient influencer les décisions, conseillés par des cabinets spécialisés, mais rien ne fut fait d’extraordinaire. Glencore reste inflexible comme pour faire exprès, sachant que le Tchad est acculé. Connues pour ses méthodes non orthodoxes, les propositions de Glencore en définitive offusquent même les observateurs présents. Le FMI trouvait irréalistes les conclusions de Glencore, un avis qui ne pourrait compter pour le géant suisse. Notre pays paie cash l’immaturité de négoce dans lequel tout le peuple tchadien est désormais entrainé.

 

Tchadanthropus-tribune.

2272 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article