La nomination de l’ex-ministre de l’aviation Haoua Acyl comme directrice adjointe à la Cotontchad pose un problème de fond et de forme. En principe, dans la gestion de carrière des cadres, les nominations et les avancements sont faits du poste inférieur vers le supérieur. Mais on constate fort malheureusement qu’avec le régime d’Idriss Déby, les nominations sont faites sans respecter la déontologie de l’échelle du mérite. On nomme quelqu’un un jour ministre, il se retrouve directeur de service, puis chef de département dans le même ministère où il a officié comme ministre. Ces genres de procédés dévalorisent complètement les fonctions et leurs aspects régaliens. L’autorité de l’état s’en trouve aussi entachée par ces genres de pratiques, où les respects de l’autorité sont aujourd’hui moisis.

Haoua Acyl ou un autre cadre ne doit pas accepter de voir son curriculum vitae égratigné par ces nominations volatiles dont les origines sont souvent faites par complaisance.

L’échelle doit commencer de bas, et on gravit les échelons à la sueur de son front et de ses compétences. Mais ça, le pouvoir MPS le sait, mais s’en fout. Il continue de détruire tous les héritages depuis l’indépendance du Tchad. Dommage.

Tchadanthropus-tribune

2119 Vues

  • Tchadanthropus! Haoua Acyl ou d’autres Cadres ils cherchent à pillent la caisse de l’Etat.Et non pour travailler en tant que militant pour le pays ou pour le peuple.
    Bref ils n’ont pas intérêt de refuser une poste ?

    Commentaire par Osman Adam le 6 août 2019 à 2 h 55 min