Quelques jours, juste quelques jours, Tchadanthropus-tribune publiait la volonté de démission des deux cadres, parce qu’ils n’avaient pas accepté les ordres de Déby pour qu’ils reprennent le TPG Souleyman Adama, neveu d’Idriss Déby, qui avait été suspendu pour cause d’insubordination envers sa hiérarchie.

 

Quand la rédaction mettait en ligne cette information, certains n’y croyaient plus et allaient de leurs commentaires. Sauf qu’aujourd’hui la vérité éclata au grand jour. Ils ont été démis de leurs fonctions au ministère des Finances.

 

Christian Diguimbaye et Banata Tchalé avaient raison de ne pas accepter de reprendre un TPG (Souleyman Adama) qui ne voulait pas exécuter des ordres de sa hiérarchie, “Il avait dit qu’il n’exécutait pas les ordres d’une femme “. Comment dès alors travailler avec un fonctionnaire qui a fauté et qu’on veuille l’imposé parce qu’il est parent du système ? Devant l’insistance de Déby, le dorénavant ex-ministre des Finances est allé remettre sa démission au 1er ministre Pahimi Padacké, n’acceptant pas d’être humilié de la sorte. 72 heures durant, Pahimi Padacké chercha une solution sans arriver à concilier Christian Diguimbaye et Banata Tchalé d’accepter les instructions d’Idriss Déby. Rien ne fut. Pahimi Padacké fut embarrassé parce que son président lui avait dit de lever la suspension du TPG afin qu’il reprenne le travail. En réalité, le 1er ministre devrait être solidaire de son ministre et conseiller son président sur les conséquences qui adviendraient. Mais Pahimi Padacké a préféré regarder son nombril et avaler la couleuvre.

 

Dans la journée de ce mardi 21 novembre 2017, pour la énième fois, le 1er ministre reçut son ministre des Finances pour le convaincre d’accepter les instructions du président. La réponse fut la même. “Si le TPG revient, ce sera sans moi “ observa Christian Diguimbaye, suivit dans cette décision par Banata Tchalé. En fin d’après midi, Pahimi Padacké informa Idriss Déby de la décision de Christian Diguimbaye. Aux infos de 20 heures sur Télé Tchad, tous les Tchadiens ont écouté la décision d’Idriss Déby de limoger les deux cadres.

 

Une chose est sûre, ce limogeage ne grandit pas la présidence des Itno, car les Tchadiens dans leur ensemble pensent que Déby a pris fait et cause pour son parent qui a fauté envers ses responsables. Christian Diguimbaye et Banata Tchalé s’en sortent grandit dans leur posture à ne pas accepter l’injustice. Certes, Déby ne pourra plus garder Souleyman Adama au même poste, mais comme toujours il sera promu ailleurs dans un poste de responsabilité.

 

Gouverner un pays doit se faire dans la justice, loin du tribalisme et du népotisme ambiant qu’on voit continuellement avec le régime MPS. Comment peut-on prétendre être le président de tous les Tchadiens et légiférer de la sorte au profit de ses parents et proches ? Pourquoi veut-on humilier les Tchadiens de la sorte ? Dans le passé le même cas s’est posé au professeur Avockssouma, ministre de la Santé qui avait un cas similaire avec son DAF de l’époque. Il remit sa démission et fut limogé de la sorte et son DAF qui lui a manqué de respect fut maintenu à son poste. Effectivement ce DAF est le beau fils d’Idriss Déby.

 

En tous cas, ce qui vient de se passer affirme clairement qu’il y a des Tchadiens au-dessus des autres, tant que cela est apparent et se passe de la sorte on est loin, très loin de la démocratie. Tous les Tchadiens ne sont pas égaux et logés au même enseigne avec Idriss Déby Itno.

 

Tchadanthropus-tribune

4497 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article