L’affaire Abdoulaye Sabre Fadoul et Idriss Youssouf Boy à travers la démission du désormais ex-dircab du PCMT à fait couler beaucoup d’encre.

Si les informations de 1re main sont publiées pour informer nos lecteurs, on doit s’arrêter à ce niveau et en tirer les conclusions pour corriger nos imperfections et aller de l’avant.

Fort hélas, et patriotisme oblige, on n’est pas sensé de traduire dans les écrits que tel cadre de l’état s’est battu avec son collègue dans les lieux de la présidence du Tchad, jusqu’à ce que le PCMT serait venu constater les faits. Cette rumeur publiée partout sur la toile est totalement fausse, elle requiert le fantasme démesuré d’une certaine horde qui ne maîtrise pas que parfois, la communication trop hachée peut revenir comme un effet de boomerang, et jette un discrédit sur notre pays et ses cadres aux yeux de l’opinion internationale.

Dr Abdoulaye Sabre Fadoul n’a jamais été un homme violent, du moins il ne nous est jamais parvenu qu’il s’est trouvé mêlé à des croisades violentes physiquement, ce qui met en mauvaise posture cette rumeur de bagarre. Et s’il faut suivre la description de cette bagarre narrée çà et là, personne jusqu’à aujourd’hui n’a vu le visage du secrétaire particulier Idriss Youssouf Boy amoché.

Il faut cesser de trop souffler sur la braise, et laisser sereinement le PCMT tirer toutes les conclusions de cette affaire, et regardons l’avenir dans la justice pérenne du dialogue qui se déroule à Doha pour parfaire le dialogue inclusif qui s’y prépare, et faire décoller notre pays.

Tchadanthropus-tribune

2548 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire