Une vingtaine de partis politiques représentés dans la Province du Moyen-Chari dénoncent la sortie du Gouverneur de ladite province, le Général Ali Ahmat Akhabache, menaçant les hommes politiques de sa circonscription administrative d’arrestation s’ils publiaient des communiqués mensongers sur les conflits intercommunautaires qui sévissent dans le Lac-Iro.

« Cette menace qui nous rappelle les temps forts de la dictature qu’a connue notre pays dans un passé récent ne doit pas être prise à la légèreté. » Préviennent-ils.

Face à cette sortie, ils exigent d’une part la révocation immédiate et sans conditions du Gouverneur du Moyen-Chari et sa mise à la disposition de la justice et d’autres part l’envoi immédiat des forces de l’ordre pour arrêter « ces massacres contre les populations sans défense. »

Aussi, exigent-ils l’envoi immédiat d’une commission d’enquête tripartite Partis politiques-CNT-CNDH afin d’établir la véracité des faits et la poursuite judiciaire des auteurs de ces crimes.

« Au moment où les tchadiens sont réunis pour décider de l’avenir commun du Tchad, nous n’accepterons pas qu’une partie des tchadiens fassent l’objet de massacres de masse et que les auteurs soient protégés par un représentant du Chef de l’Etat. » Souligne le communiqué.

Pour finir, les partis politiques représentés dans la Province du Moyen-Chari menacent de quitter le Dialogue National Inclusif s’il n’y a pas une prompte réaction des autorités en charge de ce dossier.

Tchadanthropus-tribune avec Toumaï Web Média

919 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire