Se trouvant à Paris en France dans le but de faire un point général sur le bilan de la transition tchadienne, le ministre de la communication porte parole du Gouvernement, Aziz Mahamat Saleh a accordé une interview à nos confrères de la TV5 MONDE AFRIQUE. Interview au cours de laquelle le ministre Aziz Mahamat Saleh a apporté une fois de plus sa version des faits sur les manifestations du 20 octobre 2022.

                      

Pour le ministre de la communication Aziz Mahamat Saleh, le rapport de Humain Right Wacht, est un rapport à charge et l’organisation a agit comme un tribunal de juge. Aussi précise t-il que « le gouvernement n’a jamais été entendu par cette organisation  »

 

S’agissant du bilan de la manifestation du 20 octobre dont le gouvernement insiste sur le chiffre de 50 morts et plus de 300 blessés, Aziz Mahamat Saleh dit que « ce n’est une question de surenchères ».

 Selon lui, après les établissements des causes des décès, le bilan de morts « est de 73 victimes ». Ce qu’Humain Right n’a pas dit puisque les forces de l’ordre et de sécurité sont également mortes a-t-il déploré.

 Se prononçant sur la commission de l’enquête indépendante internationale chargée de faire la lumière sur les manifestations du 20 octobre mise en place par la CEEAC et qui fait l’objet de critiques quant à sa crédibilité, le ministre de la communication Tchadienne Aziz Mahamat Saleh laisse entendre que la commission a rencontré toutes les parties impliquées dans les événements et ses résultats sont attendus. Aussi précise t-il que le gouvernement n’est pas dans la mise en place de ladite commission, mais le travail a été fait par la CEEAC

 

« L’intégrité du territoire est assurée » 

 Sur la question de l’existence d’une rébellion dans le Sud du Tchad dont les informations circulent et affirmées par le gouverneur de la province du Logone orientale, le porte-parole du gouvernement Aziz Mahamat Saleh rejette en bloc ces informations. << En réalité, vous savez, le Tchad est un pays qui est dans un îlot qui est un tout petit peu en insécurité que ça soit au niveau de la frontière de la RCA, que ça soit vers le Soudan ou au sud Libyen. Et aujourd’hui, je peux vous dire que l’intégrité du territoire est assurée et il n’y a pas de rébellion au sein même du territoire. Ce n’est pas parce que des gens sont mécontents et se regroupent que c’est une rébellion>>, informe-t-il.

 

Mbailassem Emmanuel

Le Tchadanthropus-tribune

2561 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire