Le nouveau Premier ministre, Djimrangar Dadnadji, a rendu public la composition de son gouvernement. On y note le départ de plusieurs ministres (Dr Djimé Adoum, Haïkal Zakaria, Christian Georges Diguimbaye, Mackaye Hassan Taysso, etc.) du gouvernement Nadingar dont on pensait qu’ils allaient rempiler encore pour quelques années vu la qualité et la régularité de leurs prestations. Mais il n’y a rien d’étonnant ! Idriss Déby a horreur des personnes compétentes dont il pense qu’elles lui font de l’ombre malgré qu’il soit le personnage le plus puissant du pays.

Des retours des briscards de la politique politicienne sont aussi observés (Dr Adoum Goudja, Hassan Tchonaye, Hamid Mahamat Dahlop, Ahmat Djidda Mahamat, etc) et les immanquables nouvelles entrées (Sadié Goukouni Weddeye, Beyem Malo Adrien, Atteib Habib Doutoum, etc).


Bien sûr, les indéboulonnables prestidigitateurs comme Moussa Mahamat Faki, Ahmat Mahamat Bachir et Mahamat Ali Abdallah conservent leur poste même s’ils n’ont jamais réussi à convaincre les Tchadiens.


Enfin, certains ministres nommés pour la première fois au gouvernement Nadingard en 2011 ont eu la chance de prolonger leur mandat : Jean- Bernard Padaré, Hassan Sylla Bakary, Abdoulaye Sabre Fadoul, etc. Les deux premiers ont d’ailleurs fait leur entrée au bureau politique du MPS à l’issue du dernier Congrès du parti-Etat. C’est donc leur départ qui aurait étonné. 
Où l’on voit que Djimrangar Dadnadji entretient le corporatisme politique même là où le bon sens suggère le contraire.

Tchadoscopie   

227 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article