Au Tchad, deux jours après la formation du gouvernement à l’issue du dialogue national inclusif et souverain, la composition de l’équipe est diversement appréciée par les acteurs politiques.

Au Tchad, l’équipe nouvellement formée de 44 membres dont 14 femmes aura pour mission de conduire le pays à des élections d’ici 24 mois sous la conduite du Premier ministre, Saleh Kebzabo.

« Technocrates »

Malloum Yoboïdé Djeraki, président du Parti démocrate et socialiste pour l’alternance, est enthousiaste à la lecture de la liste du nouveau gouvernement. Bien que son parti qui soutient la transition n’y soit pas représenté, il estime que le casting est prometteur : « À l’analyse que nous faisons, c’est un gouvernement de technocrates, un gouvernement qui donne l’impression à la population tchadienne que, vraiment, il y a un changement. C’est un gouvernement du Tchad refondé, c’est un gouvernement qui traduit l’espoir et les aspirations des participants au dialogue national inclusif. »

Max Kemkoye, président de l’Union des démocrates pour le développement, un parti opposé au régime de transition, rappelle que les promus ne sont autres que ceux qui ont toujours soutenu les régimes de Déby père et fils. Il ne voit là aucun changement notable : « La simple lecture de ce gouvernement prouve qu’il est aux antipodes de la déclaration du Premier ministre de transition selon laquelle les profiteurs d’hier doivent accepter de faire place aux exclus d’hier. Et c’est là bien le surpouvoir donné à Mahamat Idriss Déby et qui prouve combien le Premier ministre de transition ne peut rien. »

Quelles marges de manoeuvre ?

Un observateur ayant requis l’anonymat s’interroge sur les marges de manœuvre de l’équipe du Premier ministre Saleh Kebzabo qui a promis de réaliser un rêve de trente ans : organiser des élections libres et transparentes.

À lire aussi La transition tchadienne se dote d’un gouvernement avec plusieurs figures de poids

Madjiasra Nako

RFI

661 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire