C’est à travers une lettre adressée au président e Transition, et postée sur la page Facebook personnelle du ministre Chérif Mahamat Zène, ledit ministre informe sa décision de démissionner de ses fonctions de ministre des Affaires étrangères, un poste qu’il occupe depuis le 02 mai 2021.

Dans la lettre, il est évoqué plusieurs griefs malgré son engagement sans faille autour du président de Transition, jonchée de contrariétés, des initiatives parallèles pour saboter son travail et les responsabilités qui sont les tiennes.

Beaucoup de choses, des décisions sont faites à l’insu du ministre des Affaires étrangères et qui seraient décidées depuis le cabinet du PCMT. Le ministre désigne clairement le dircab du PCMT à travers sa lettre, car en indiquant « par certains membres de votre cabinet », Chérif Mahamat Zène désigne Mr Hamid KOUA sans le nommer dans cette entrave et action parallèle qui vide le département des Affaires étrangères de ses prérogatives.

La rencontre du ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement Abderaman Koulamallah sur instruction du chef de cabinet de la présidence ce 19 septembre 2022, avec les chefs des missions diplomatiques accrédités au Tchad, serait donc la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Cette démission est inopportune en ce moment où le dialogue national inclusif et souverain se poursuit. La situation politique est encore très sensible pour conjuguer encore des frustrations entraînant ces décisions. Le PCMT doit rapidement prendre la main sur ceux qui sabordent sa politique, et laissant le processus sans tâche aucune.

Il faut noter que pendant la signature des accords de Doha, la délégation gouvernementale dirigée par Chérif Mahamat Zène s’en est offusquée des comportements des membres du cabinet du PCMT au moment de remettre des présents aux délégations politico-militaires signataires. Les demandes qu’avaient évoquées le ministre des Affaires étrangères et approuvées par le PCMT ont été saucissonnées par ceux qui s’étaient arrogé la mission finie par les membres de la délégation gouvernementale et du CODNI. Plusieurs politico-militaires ont trouvé des sommes démunies dans leur enveloppe. Une mesquinerie qui a été commentée en son temps, et les mêmes personnes étaient indexées. Là aussi, le ministre des Affaires étrangères a failli dire merde.

Aujourd’hui, si le comportement du cabinet est venu déborder le vase, il faut dire que plusieurs membres du gouvernement ont été utilisés pour faire chier le ministre des Affaires étrangères, qui a fini par jeter l’éponge.

Espérons que le PCMT et son 1er ministre rejettent cette démission qui est mal venue, et rétablissent la confiance au sein des équipes.

Tchadanthropus-tribune

1443 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire