COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Réf. : 02/COMMUNIQUÉ/GRAAL TCHAD/2017

Réaffirmant que tous les États Membres des Nations Unies ont l’obligation de promouvoir et de protéger les droits de l’homme et les libertés fondamentales énoncés dans la Charte des Nations Unies, la Déclaration universelle des droits de l’homme, les Pactes internationaux relatifs aux droits de l’homme et les autres instruments relatifs aux droits de l’homme;

 

Rappelant la résolution 2003/81 du 25 avril 2003, du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme,

Rappelant le Gouvernement du Tchad au respect de son engagement de coopérer avec le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme en vue de consolider la culture des droits de l’homme,

Rappelant à l’opinion nationale et internationale de l’existence au Tchad d’un cadre réglementaire et institutionnel formel répondant aux exigences de la primauté du droit pour juger les délits;

 

Rappelant les recommandations des travaux de la Mission Conjointe d’Évaluation des Besoins au Tchad effectuée par le Haut-Commissariat et le Programme des Nations Unies pour le développement entre le 26 février et le 4 mars 2004 en consultation avec le Gouvernement du Tchad, sur la nécessité de coopérer étroitement avec ses partenaires internationaux pour améliorer l’environnement juridique et institutionnel en vue d’un plus grand respect des droits de l’homme;

Exprime sa profonde indignation:

  • À la violence gratuite, en particulier aux tortures des forces policières contre les prisonniers, les civils et à la contribution inutile apportée à la situation par les menaces proférées contre les activistes politiques, les acteurs de la société civile et les chefs des partis politiques par l’Agence Nationale de Sécurité (ANS);
  • Aux intimidations et autres tentatives de bâillonnement de la liberté d’opinion ;
  • À la culture de l’impunité résultant du dysfonctionnement du système judiciaire et de l’environnement politique et social violent;
  • Au déficit des structures et institutions nationales des droits de l’homme;

 

Prie résolument le Gouvernement du Tchad:

  • De libérer Moyadine Babouri et tous les autres prisonniers politiques ou coupables de délit d’opinion ;
  • De promouvoir la collaboration et le dialogue entre les différents acteurs dans le domaine des droits de l’homme en vue de prévenir les violations des droits fondamentaux et de résoudre les conflits sociaux ;
  • D’élaborer un programme de sensibilisation, de vulgarisation et d’éducation des forces de sécurité et des gardiens de la paix en matière de droits de l’homme pour inculquer le respect des droits de la personne, de tolérance et de responsabilité civique;
  • De renforcer le pouvoir des institutions judiciaires pour lutter contre l’impunité ;
  • De prendre des mesures pour éradiquer la violence policière, l’insécurité et l’antagonisme social et culturel;

 

GRAAL TCHAD

Le porte-parole

Joe Al Kongarena

694 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article