Le Tribunal de grande instance de N’Djamena a prononcé vendredi de lourdes peines de prison dans l’affaire du procès dit « Tramadol ». Des peines allant de cinq à 10 ans de prison ferme assorties d’amendes ont été prononcées contre 10 personnes. Les juges ont globalement suivi les réquisitions du ministère public. Un prévenu a écopé d’une peine de prison de 5 ans avec sursis.

Mais pourquoi les noms des généraux incriminés et leurs complices généraux qui tissent la toile de l’extérieur de prison ne sont pas dits clairement afin que l’opinion sache ? Dire d’emblée que les généraux ont 10 ans et 50 000 dollars d’amendes, sans citer les noms, tout cela reste flou et présume des magouilles. Qui sont ces généraux à part TOGOUT Abossolo ?

Ensuite pourquoi les amendes sont en dollars alors que nous sommes dans un pays où circule le FCFA ? Est-ce les Américains qui sont derrières ?

Enfin, pourquoi le juge avait convoqué la cour très tôt à 7 h pour finir très vite afin que le public n’y assiste pas dans un procès que tous les Tchadiens suivent comme un feuilleton depuis longtemps ?

Plusieurs avocats ont indiqué qu’ils vont interjeter appel.

L’avocat sulfureux Me Alain Kagombé, s’est indigné du verdict. Lui qui est en même temps avocat de la douane et avocat des trafiquants qui accusent la douane, a évoqué que c’est un « spectacle d’une distribution des peines ». Il a exigé une réforme pénale pour l’indépendance véritable de la justice.

Donc si nous comprenons bien, il y aura encore la phase 2 de ce procès devant la justice. Ceux qui ont couvert d’autres complices finiront par lâcher du lest quand ils verront que l’étau se resserre sur eux.

Dans cette affaire, le général Tougout Abossolo, directeur d’exploitation de l’Agence Nationale de Sécurité (ANS), Souleymane Mahamat Délio, chef de service administratif et financier de l’ANS, est condamné à 10 ans de prison avec 50 000 dollars américains chacun.

Le tribunal condamne aussi à 10 ans de prison plus 25 000 dollars américains d’amende Bichara Idriss Saleh, militaire en service à la DGSSIE (garde présidentielle) et Youssouf Moussa Leïssa, officier de police. Ces derniers étaient censés corrompre le directeur général des Douanes Beguéra. Le colonel de Police Ali Hassan Kari qui aurait approché le procureur Youssouf Tom avec 1 milliard FCFA, le tribunal le déclare coupable de délit de tentative de corruption en le condamnant à 5 ans de prison ferme.

Hassan Abdallah Kébir qui aurait reçu 260 millions de FCFA d’un de ses proches, cité dans l’affaire, mais reste introuvable est condamné à 10 ans de prison avec une amende de 500 000 FCFA ainsi que son parent Bahar Allaga Gaï Meï. L’accusé Hassan Djouma Zaïd, le cambiste qui réceptionne l’argent envoyé de la Libye, écope de 5 ans de prison avec sursis et 100 000 FCFA d’amende.

Le tribunal décide de relaxer Souleymane Mahamat Délio, chef de service administratif et financier de l’ANS, au bénéfice du doute. Une surprise de taille connaissant comment les proches de ce dernier se sont démenés pour sa libération. Souleymane Mahamat Délio est le fils d’un ex-gouverneur faisant la pluie et le beau temps à Biltine et proche parent du nouveau Maréchal du Tchad.

Par contre, il condamne Mally Kébir, officier militaire et ex-chef d’antenne de l’ANS à l’extrême nord du Tchad, précisément à Faya-Largeau, et Mahamat Ali Sougui, chargé des relations publiques du DG de l’ANS, à 5 ans de prison fermes et 1000 dollars américains d’amendes ferme.

Alain Kagombé en sa qualité de porte-parole du collectif des avocats affirme que le droit n’a pas été dit et normalement la procédure contre leurs clients devrait être déclarée nulle, parce qu’ils ont été détenus pendant plus de six mois dans les cellules de l’ANS « sans jugement » et « sans être assistés d’un avocat », ce qui fut le cas d’un certain Idriss Togoï. Les avocats disent vouloir aller jusqu’à la Cour suprême pour faire dire le droit.

Pour rappel, l’enquête fut confiée par Idriss Déby à l’ANS, courant janvier 2020. Depuis lors les divers lobbys ont procédé à l’intimidation, influences diverses jusqu’au renvoi du N° 2 de l’ANS Idriss Youssouf Boy, chercher à acheter le procureur Youssouf TOM, et la mise à prix de la tête du DG actuel de l’ANS Kogri Ahmed.

Les Tchadiens attendent impatiemment le second round des cartels de N’Djamena.

Tchadanthropus-tribune

800 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article