La plateforme syndicale revendicative a lancé ce 9 mars un nouveau mouvement de grève sur l’ensemble du territoire.

Idriss Deby a confirmé mardi qu’aucun jour de grève ne sera payé, au cours d’une déclaration en conseil des ministres extraordinaire. Selon lui, “cette mesure doit être appliquée sans complaisance car il s’agit simplement d’appliquer les textes qui régissent les grèves”.

Le président a jugé incompréhensible l’attitude des partenaires sociaux. Il s’interroge sur les motivations réelles des organisations syndicales et instruit le gouvernement à prendre ses responsabilités en faisant fonctionner normalement les services.

Les membres du gouvernement doivent se montrer responsables et soudés, selon Déby. « Tout en poursuivant le dialogue qui doit être fécond et constructif en vue de parvenir à la signature du pacte social, les membres du gouvernement doivent faire preuve de rigueur et de fermeté ».

Des élèves expriment leur colère à N’Djamena.

Une manifestation des élèves du lycée de la Liberté a été dispersée mardi par la police anti-émeute à N’Djamena. Les élèves ont exprimé leur colère suite à une nouvelle grève des fonctionnaires du secteur public.

Très tôt ce matin, des élèves ont barricadé les différents axes du lycée de la Liberté. Ils ont brûlé des pneus sur le goudron, à proximité d’un petit marché.

Les élèves des établissements publics déplorent un traitement inégal sachant qu’en période de grève, ils subissent des retards dans l’achèvement du programme scolaire, à la différence des élèves du privé.

Le mouvement de grève lancé par la plateforme syndicale revendicative est entré en vigueur ce mardi 9 mars. Il doit se poursuivre jusqu’au mardi 16 mars 2021 sur toute l’étendue du territoire, avec un service minimum dans les hôpitaux. Cette grève de huit jours est renouvelable, selon Barka Michel, porte-parole de la plateforme.

Tchadanthropus-tribune

580 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire