Le secrétaire général évalue à cent pour cent la réussite de cette grève. Les militants du Syndicat des Enseignants du Tchad section départementale pour la commune de Ndjamena observent une grève depuis le vendredi 23 octobre dernier.

Les enseignants ont débrayé pour revendiquer entre autres, la levée du gel des effets financiers, des actes de carrières et des titres, le paiement de transport de 2016 et 2019.

La cessation de travail des enseignants a paralysé les activités pédagogiques dans les établissements scolaires publics de la capitale.

A l’école communale d’Amtoukougne dans le 7e arrondissement et à l’école du centre dans la commune du 3e arrondissement, les portes de classes sont hermétiquement fermées.

Le Secrétaire général section départementale pour la commune de Ndjamena, GASSINTA HOUARAI MABISSO que notre reporter a interrogé indique que la grève a été suivie à cent pour cent par les enseignants.

Selon lui, cette grève des enseignants n’est pas décidée de gaité de cœur, mais c’est la mauvaise foi du gouvernement vis-à-vis de ses engagements qui est à l’origine.

Tchadanthropus-tribune

471 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article