Des citoyens interviewés apprécient diversement cette suspension de la grève.

Suite à la rencontre du 03 et 05 février 2021 de la plateforme interconfessionnelle et des représentants de travailleurs, la plateforme syndicale revendicative a accepté la proposition des leaders religieux et a suspendu la grève jusqu’au 28 février 2021.

Les leaders des syndicats précisent que la grève est suspendue et non levée pour donner l’occasion aux leaders religieux de continuer la médiation auprès du gouvernement pour une issue favorable aux revendications des travailleurs.

Quelques citoyens interrogés à propos de la suspension de cette grève apprécient diversement cette décision. Pour certains citoyens, les travailleurs ont perdu la bataille face au gouvernement, d’autres soutiennent la plateforme interreligieuse dans sa démarche de décanter la crise sociale au Tchad. Certains citoyens souhaitent que cette grève soit la dernière au Tchad, car selon eux ces grèves répétitives freinent le développement du pays.

Ce qui est sûr, plusieurs fonctionnaires grévistes n’étaient pas d’accord avec la suspension, car disent-ils il y a des responsables syndicaux qui ne consultent pas la base et prennent des décisions couperets dès leur rencontre avec les gens du pouvoir. Un sous-entendu de corruption commence par s’installer. D’autres avisent qu’il ne faudrait pas mélanger pouvoir et religion. Les leaders religieux n’ont rien à voir avec les revendications légitimes des fonctionnaires. L’État doit respecter ses promesses et son engagement, et ce n’est pas aux fonctionnaires de faire à chaque fois les efforts de compréhension. « On nous répète souvent que le pays est en crise et qu’il n’y a pas d’argent et ce que nous voyons est différent », renchérissent certains fonctionnaires.

Tchadanthropus-tribune

386 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire