A l’occasion de la célébration de la journée mondiale de l’Habitat, ce 1er octobre, le ministre de ce secteur, Mahamat Assileck Halata, a fait une déclaration dans laquelle il a notamment cité quelques projets à réaliser pour améliorer les conditions de vie de la population tchadienne.

Cette journée a pour objectif principal d’informer le monde sur les enjeux de développement urbain et de créer un cadre d’échanges afin de promouvoir un développement harmonieux et durable des établissements humains.

Au Tchad, en dehors de l’explosion démographique et de l’urbanisation galopante, les effets du changement climatique sont durement vécus.

En 2022, les inondations ont eu comme conséquences, d’après le ministère de l’Habitat, 17.000 km2 de terres inondées ; 1426948 personnes affectées ; 465030 hectares de champs engloutis ; 80000 maisons détruites ; 20000 têtes de bétail emportées, etc.

En réponse, le ministère prévoit l’élaboration d’une politique foncière et la relecture du projet de code domanial et foncier ; la réalisation d’ouvrages de drainage et de gestion des inondations dans les communes du 7e, 8e,9e et 10e arrondissements de N’Djamena ; la restauration et la réforme du guichet unique des affaires foncières, etc.

En terme de logement, le ministère se dit conscient de la cherté des matériaux et entend faire la promotion des matériaux locaux pour faire baisser les prix.

‘’Dans le même sillage, nous allons penser à transformer les effets du changement climatique tels que les eaux des inondations en opportunité de développement et de création d’emploi. Cela ne sera possible que si nous faisons de la question de notre environnement et de la gestion des établissements humains des priorités et des devoirs à nous tous’’, lance Mahamat Assileck Halata.

Le Tchadanthropus-tribune avec Tchad info

775 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire