Les Kanembou ont vendu leurs âmes.

Comment permettre une telle bévue ? Qu’a fait pour le Tchad et le Kanem l’actuel gouverneur du Kanem Ousman Brahim Djouma pour s’illustrer en donnant son nom à un rond-point de la ville de Mao.

Ceci est la conséquence directe des ressortissants de la ville qui ont vendu leurs âmes au régime MPS géniteur du CMT actuel.

N’y a-t-il pas un département central qui s’occupe de donner les noms des monuments et places dans les villes au Tchad ?

Le simple fait de faire des affaires pécuniaires pour faire rallier des orpailleurs ne lui confère pas cet attribut.

Pour marquer son nom sur un monument, une place, ou encore une grande avenue, il faut se distinguer par un fait historique, mais dans le cas d’espèce, cela devient une couleuvre difficilement à avaler pour les natifs de la région.

Sont-ils devenus tellement peureux pour le laisser-faire ? À ce rythme bientôt on couchera avec les femmes d’autrui devant leurs époux sans que ceux-ci rechignent.

C’est une honte honteusement honteuse.

Le général Ousman Brahim Djouma, nommé il y a à peine un an, il a déjà un rond-point au Kanem portant son nom. Qu’est-ce que ce gouverneur a fait concrètement pour le Kanem pour mériter une telle reconnaissance ?

Le Kanem souffre toujours de carence d’eau potable, d’électricité, de malnutrition, de chômage, de pauvreté… etc.

Aujourd’hui, nombreux sont les fils du Kanem qui ont consacré toutes leurs vies pour le bien de la région et qui n’ont toujours pas des ronds-points portant leurs noms.

Ceux qui ont contribué à ce projet ont terni l’image du Kanem et ils ont craché sur la mémoire du défunt Sultan, Alifa Ali Zerzerty (paix à son âme).

Vraiment le doungourisme a gagné du terrain au Kanem. Aujourd’hui au Tchad, la pauvreté a transformé bon nombre des Tchadiens en griots. Personne ne parle de dignité.

Quand on observe cette mentalité tchadienne, on peut dire que le peuple tchadien est complice et responsable de sa souffrance actuelle.

Ce pays n’a pas d’avenir comme aime le dire notre frère Mahamat Allatchimi.

Allah yastour ! comme aime le dire notre frère Ahmat Tahir Nour Kosso.

Triste et choqué par cette image.

Où va le Tchad ? En voyant ces genres de faits, les ressortissants de Mao regretteront très fort la mort de leur sultan charismatique Alifa Zerzerty.

Les tenants du pouvoir sont en train de coloniser les Tchadiens. Un gouverneur n’ayant aucune attache de surcroît avec la région, se croit tout permis au point de construire un rond-point sur cette terre historique.

Que les bouffons qui traînent derrière le MPS et ses corollaires aient la dignité de ne passe souiller cette terre de fidèle aux ancêtres. Les ressortissants de la ville sont confus.

Correspondance particulière depuis Mao

Tchadanthropus-tribune

1556 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire