Dialoguer ne veut pas dire rallier. Ne faisons pas un amalgame des mots pour jeter du discrédit sur ce « grand monsieur » que nous avons tous adulé pour son combat pour la justice et pour les droits de l’homme. Il ne mérite pas d’être passé de héros à zéro juste pour une prise de position. Au contraire, il mérite plus que quiconque confiance et bénéfice du doute.

Cet homme a à son actif plusieurs arrestations et emprisonnements au nom de la justice. Il a subi des tortures et des humiliations pour sa conviction pour la défense des droits humains. Il a essuyé affront et persécution pendant plus de trois décennies pour avoir fait le choix de lutter contre l’injustice dans toutes ses formes. Il a marché une infinité de pas pour les libertés fondamentales. Jusqu’à preuve du contraire, ce papa reste « l’homme intègre » que ce pays n’a jamais connu.

C’est trop hâtif de se lancer dans des analyses farfelues du genre qu’il a changé de veste, qu’il a fait volte-face, qu’il a trahi ses convictions et ses compagnons de lutte, voire qu’il a enfin obtenu le prix de sa surenchère de plus de 30 ans. Certes, nous ne sommes pas obligés de partager sa décision, mais néanmoins nous nous devons de la respecter. S’il a décidé de changer de stratégie de combat en passant d’une posture passive à une posture plus active, laissons-lui le bénéfice du doute et jugeons-lui sur pièce. Laissons-lui mettre la main dans la patte et jugeons plutôt la qualité du gâteau qui en sera produit.

Avant de vilipender ce grand monsieur, mettons-nous juste une minute à sa place, interrogeons-nous sur comment il a survenu face à l’oppression pendant toutes ces nombreuses années et demandons-nous ce que nous avons fait pour lui soutenir dans son combat. Je peux bien entendre que nous avons clamé sa libération chaque fois qu’il est injustement arrêté. Est-ce que cela est suffisant ? Nous n’avons jamais été torturés avec lui, encore moins pour lui. Pendant qu’il passait ses nuits en prison, nous passons paisiblement les nôtres en famille. Pour notre gouverne, ce monsieur a refusé, au nom de la justice et de l’égalité pour tous, des juteux postes de responsabilité, des vrais pots de vin, des opportunités en or, etc. Il a fait tous ces sacrifices au nom de la justice et de l’égalité pour tous. Sacrifices que très peu d’entre nous peuvent faire. Au lieu de lui passer du savon, utilisons ce savon pour nous laver le visage afin de voir clairement les choses.

Ne comptons pas sur un héros pour défendre nos causes, mais soyons nos propres héros. Ce bout de phrase de notre hymne national que nous scandons partout dit « ta liberté naitra de ton courage » et non « ta liberté naitra du courage d’autrui ».

Quittez dernière vos écrans, abandonnez votre posture d’analystes des actions des autres, prenez les choses en main et continuer la lutte avec ou sans les autres.

Quant à moi, je m’engage volontiers à recadrer vos excès et vos débordements.

Bien à vous !

Franklin Djimta

1785 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire