De sources proches d’Idriss Déby, le 1er ministre Pahimi Padacké et son ministre des Finances Djiddo Abdoulaye Sabre seraient désavoués par Idriss Déby juste après sa rencontre avec les leaders des syndicats. Déby pense intérieurement qu’il a été induit en erreur par ses deux pontes, en lui disant qu’en maintenant la pression sur les fonctionnaires grévistes pour soustraire les salaires, les fonctionnaires abdiqueraient et que la grève sera cassée. Déby a fini par constater de lui-même la ténacité des travailleurs à ne pas rompre les rangs et à tenir dur comme fer. Il a instruit son ministron des finances pour payer l’intégralité des salaires de tous les enseignants et le personnel de santé. L’effet de surprise est le refus des généraux de ne pas accepter de prendre leurs salaires amputés d’une soustraction volontaire. Par cette instruction ferme, Déby vient de donner raison aux fonctionnaires de persévérer. La seule arme des grévistes est de montrer à leur cœur défendant que la grève porte ses fruits. Une arme contre laquelle le pouvoir Déby ne peut pas se battre, car n’ayant pas les mêmes ingrédients ni les mêmes ressources humaines.

 

Les syndicats lors de leur audience ont dit à Déby que la loi 032 étant en lecture au bureau international de travail à Genève ne peut procéder à la coupe de salaires du personnel en grève. Ministron #Sabre et Margouillat #Pahimi extrémiste jusqu’au bout ont fait croire à Idriss Déby qu’en coupant les salaires on fera peur aux grévistes et ils cesseront la grève. S’était sans compté avec la détermination des grévistes. Idriss Déby en personne a pris conscience de la gravité de la situation et de la détermination des travailleurs à aller jusqu’au bout. C’est une première manche remportée par les travailleurs. Ils doivent persévérer davantage pour préserver les autres acquis. Si Déby veut que le pays ne sombre pas dans le chaos, il doit se séparer de son 1er ministre désavoué par toutes les forces politiques et civiles du pays, et de son ministron des finances. Sans quoi aucun dialogue n’est possible face à un nain des jardins têtus et un 1er ministre inaudible et mercantile. Vive les travailleurs, la force première de notre pays.

Tchadanthropus-tribune

3134 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article