Selon nos sources bien renseignées, Idriss Déby organise dorénavant son quartier général dans la capitale du Ouaddaï à Abéché.

Sur place, tous les gouverneurs devraient être convoqués dare-dare.

Un conseil de ministre sera délocalisé sur place afin de marquer un pas ?

Ce énième déplacement augure-t-il de quelque chose de bon ? Loin sans faux, mais plusieurs langues avancent l’effet de l’état d’urgence, et que malgré la fermeture de la frontière avec le soudan les armes rentrent toujours.

Autres choses, depuis quelques temps plusieurs groupes politico-militaires opèrent par petits groupes le long des 3 frontières (Tchad, Soudan, Centrafrique). Si le Tchad a fermé ses frontières avec le Soudan, et dernièrement le Soudan a fait de même avec le Tchad, la Libye, l’Egypte et la Centrafrique, ce n’est pas pour rien. Déby veut profiter de l’occasion pour instruire ses gouverneurs de dispositifs sécuritaires à prendre, et chercher une bonne frange de ses propres parents devenus trop hostiles à l’approche des législatifs. Mais quoi qu’il en soit, la situation interne au Tchad est à haute tension, et rien ne dit que des fissures graves sont à observer. La dictature profitera de la présence de tous les gouverneurs pour introniser le sultan décrété usurpateur du trône de la famille Ourada ? Cela est très possible, mais rien n’empêchera Idriss Déby de faire d’une pierre deux coups, même si à l’avance cette intronisation était prévue pour le mois de décembre 2019.

Sinon, certains observateurs affirment que c’est sont les caprices du chef, et une extravagance pour faire dire que le président du Tchad s’inquiète de la situation de son pays.

Que nenni, un jour tout ce carnaval prendra fin et la vérité aura un goût amer.

Tchadanthropus-tribune

1620 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article