Dieu est le seul dépositaire du trône éternel, de tout trône.

Au Tchad, notre pays, depuis bientôt 30 années de gouvernance, le régime de l’homme de Bamina Idriss Déby Itno a gouverné et sévi par vent et tempête sur les Tchadiens. Mais comment ? De la manière la plus désastreuse depuis son indépendance.

Le régime d’Idriss Déby Itno, donc du MPS, de ceux qui se targuent d’être des francs Baministes, a obtenu ce que jamais un régime précédent n’a eu. Manne financière, aide internationale, et la longévité que l’on connait. Mais jusqu’à l’échéance de ce 11 aout 2020, date d’indépendance de notre république qu’il voudrait usurper pour une gloire personnelle et se faire harnacher maréchal, que retiendront nos compatriotes ?

Les Tchadiens ont faim, ils ne mangent pas à leur faim, c’est lui-même qui le narre, ils n’arrivent pas à suivre les 3 repas journaliers. 

Les Tchadiens ne touchent pas un salaire capable de leur permettre de se projeter à l’avenir. 

Les Tchadiens ne vont pas convenablement et complètement à l’école, à l’université. 

Les Tchadiens ne peuvent pas se soigner convenablement chez eux dans des hôpitaux valables et compétitifs.

Les Tchadiens sont mal gouvernés, mal conseillés, mal orientés, mal respectés.

Les Tchadiens subissent l’injustice jour et nuit, et ce malgré l’omniprésence d’un corps dévoué.

Les Tchadiens font face à une administration publique corrompue où l’impunité est entretenue.

Les Tchadiens observent la dilapidation des biens de l’État par des gens au service du MPS sans aucune force de réagir.

Les Tchadiens n’ont pas de l’eau potable, ni électricité.

Les Tchadiens font face à une vie onéreuse et chère sans avoir la capacité de demander qu’on fasse assoir la loi.

Les Tchadiens subissent l’accepter de l’immorale, où le voleur de la république et l’assassin sont les mieux respectés et anoblis.

Tout cela se passe dans notre pays, avec des manquements et des lacunes qui peuvent facilement être comblées. L’argent du pétrole dilapidé par un clan qui conduit de porter notre pays vers l’endettement inacceptable. Le diktat de la gouvernance n’a rien d’un pays démocratique où le peuple peut dire son mot, à cause des élections truquées, volées avec l’assentiment de la France et certain de ses hommes politiques.

C’est dans cette atmosphère-là qu’Idriss Déby Itno veut se consacrer maréchal du Tchad le jour de “l’indépendance “ de notre pays. Il veut que la conscience collective des Tchadiens associe son nom à celui du Tchad. Mais les Tchadiens patriotes et logiques ne retiendront que toutes les lacunes énumérées ci-haut, car il ne pourra jamais être l’égal de l’immensité de cette république, et quoi qu’il pense, il ne peut se définir comme une icône nationale par son injustice sociale, sa mauvaise gouvernance, et son manque de clairvoyance sociale.

Il sera sans nul doute le maréchal de la paresse, de l’incivilité, de l’impunité, du détournement des biens publics, du clientélisme, du népotisme, de la mauvaise gouvernance, du sectarisme, du manque de développement national, de celui qui a le plus détruit le Tchad dans son existence nationale, du vivre ensemble entre les peuples et les communautés. Son nom sera associé au malheur de notre pays, de sa pauvreté du nord au sud, de l’est à l’ouest.

Tout le monde voit clair dans ce jeu fait à cette soi-disant Assemblée des cleptomanes, où on achète un député de l’opposition pour qu’il ouvre la porte et permettre aux affidés du MPS de s’y engouffrer et imposer la proposition d’élever Idriss Déby au Maréchalat. Ce n’est ni les vœux des Tchadiens, moins encore de qui que ce soit. Si le simple fait d’armes au lac Tchad doit élever Idriss Déby au rang de maréchal, que dirons-nous des hommes valeureux, des martyrs qui ont porté l’estocade contre la Libye de Kadhafi ? Pour eux ce n’est pas seulement une stèle qu’il faudrait élever, mais un mémorial dans l’ensemble du pays.

Comme tous les potentats négatifs et illuminés, Idriss Déby s’effacera un jour aussi lugubre et ce qui sera retenu pour son régime, sera la désolation et la caricature.

Le Tchad n’a pas besoin de maréchal, mais d’un simple président qui saura assoir la justice sociale et la bonne gouvernance.

Tchadanthropus-tribune

2108 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article