On devait s’y attendre, car l’IGE à travers plusieurs missions dérape et n’obéît pas à la fonction régalienne qui est la sienne. Est-ce les inspecteurs dans leur ensemble qui sont cupides et véreux, ou obéissent-ils à des murmures occultes ? En tout cas le dernier décret d’Idriss Déby publié sur la page Facebook du secrétariat général du gouvernement est très clair. Dorénavant les attributions et fonctionnements de l’inspection générale d’État (IGE) sont assurés par le cabinet civil de la présidence des Itno.

C’est dire que les multiples observations faites çà et là par plusieurs de nos compatriotes ont été prises en compte, et que surtout cela est un camouflet pour les inspecteurs de ce département qu’on voudrait impartiaux et droit dans leur travail.

Depuis 2015, date de sa création, l’IGE a perdu de sa superbe de premier jour. Sa mise en place à l’époque avait porté beaucoup d’espoir, mais entretemps beaucoup de magouilles se sont installées, en plus des règlements de compte et des antagonismes ô combien de fois multipliées.

La dernière escapade de l’IGE au ministère délégué à la Défense était de trop. On ne peut aller se jeter dans la gueule du loup sur de simples rumeurs, et sans avoir des documents légitimes. Il y a dans ces lieux beaucoup de choses classées secret défense. Si les inspecteurs de l’IGE avaient cru au départ qu’ils étaient dans leur bon droit, le résultat de leur mise à l’écart vient expliquer le contraire. Ils devraient avancer en rang serré et avoir des arguments de bétons. Hélas, on vient de leur tirer le tapis sur les pieds.

Un domaine aussi sacré par ses méthodes et le sérieux de son travail ne peut être confié à un cabinet présidentiel qui a surement mieux à faire ailleurs, et beaucoup de travail de synthèse. La masse du travail dévolu à une inspection générale d’État est laborieuse, et devrait être attribuée à un organe qui ne doit que faire cela. Il faut juste trouver des gens sérieux, qualifiés, et intègres, qui sous serment devraient restituer un travail impeccable au nom du peuple tchadien.

Il ne faut non plus que l’IGE soit un instrument entre les mains d’un président de la République, qui l’actionne quand un cadre ne répond point aux humeurs du potentat. Qu’on laisse cet organe travailler en toute indépendance, et que ses résultats puissent être entérinés par une justice indépendante, sans influence aucune, et que les cadres malfrats doivent tomber sous la coupe de la loi, les biens acquis illicitement reversés au trésor public. Voilà, modestement, et aussi simple que peu, l’optique d’une organisation qui doit être entérinée.

Tchadanthropus-tribune

Présidence de la République/Modification d’un Décret.

Décret N° 1889/PR/2020 du 09 septembre 2020, portant modification du Décret N° 2069/PR/2015, portant Création, Attribution et Fonctionnement d’une Inspection générale d’État (IGE). Le Cabinet civil assure DÉSORMAIS, le relai pour la mise en œuvre des articles 2, 8 et 19 du Décret N° 2069, portant Création, Attribution et Fonctionnement d’une IGE.

Source SGG

2255 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article