Le dossier de la société ENERTEX qui réclamait autres fois des dettes fictives à l’État tchadien vient de prendre une autre tournure. Malgré les prestations non effectives, la société a réussi à mettre dans ses poches des cadres bien placés y compris l’actuel Inspecteur général d’État. On dirait que le sieur n’a jusqu’à présent pas reçu la totalité de la somme qui lui a été proposée par ENERTEX et cherche à intimider cette société en lui envoyant une nouvelle mission.

Il est aussi entre le marteau et l’enclume par peur que ce dossier rebondisse à nouveau, il cherche coude à coude à se blanchir en voulant envoyer la même équipe de 2017 pour rouvrir à nouveau le même dossier. L’on apprend de notre source que l’inspecteur général d’État cherche à rencontrer l’équipe qui avait annulé les contrats de ladite société.

Les anciens Inspecteurs ont refusé catégoriquement de s’assoir et discuter avec L’IGE pour une éventuelle nouvelle mission. En effet ces Inspecteurs sont les seuls à avoir géré ce dossier et le connaissent mieux que quiconque.

Avec la complicité et la pression des hauts cadres de l’État et de l’IGE, ils ont été suspendus en 2018 pour avoir résilié les deux contrats faramineux de la société ENERTEX tout en refusant tout appui pour le renouvèlement de ces deux Marchés.

D’après ENERTEX, l’État tchadien leur doit 8,6 milliards, chose que les inspecteurs ne reconnaissent pas et n’ont également pas voulu signé un Procès-verbal pour la reconnaissance de ces dettes. Tandis qu’en réalité et d’après leur rapport, c’est plutôt ENERTEX qui doit à l’État tchadien un montant de 9,5 Milliards de francs CFA, montant que même la société ENERTEX avait reconnu la moitié et était même prêt à le verser à l’État tchadien. Ayant vu cette somme faramineuse, l’IGE avait fini par mettre à la porte ces inspecteurs pour s’arranger avec la société avec quelques millions sans se soucier du sort de l’État tchadien.

Actuellement, le petit géographe (l’Inspecteur général d’État) tourne en rond après avoir aperçu un recours indemnitaire devant la chambre administrative sur sa table déposée par les anciens inspecteurs. Au lieu de porter des plaintes contre les anciens cadres de l’État, l’actuel inspecteur général d’État mérite lui-même d’être auditionné sur ce dossier.

Tchadanthropus-tribune

2394 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article