De sources bien renseignées, il est constaté avec effroi, un conflit d’intérêts et un délit d’initié mettant en exergue l’entreprise personnelle du ministre des Infrastructures avec les fonctions qu’il exerce. Au Tchad et avec le régime MPS, le constat des délits est toujours avéré, mais tout le monde le prend à la légère, laissant ces faits illicites proliférer.

Selon nos sources, le gérant de EPSON qui est le ministre des infrastructures actuel a envoyé une correspondance à la mairie de N’Djamena pour le mandatement et le règlement du marché gré à gré N° 002/14 de 13 août 2014. Suivant la correspondance, Foullah qui était le maire 1er adjoint a à son tour envoyé une lettre au directeur exécutif de FER (fond d’entretien routier) pour lui demander d’exécuter le paiement de ladite facture à la société dont le ministre des Infrastructures est propriétaire.

De son côté, le ministre des Infrastructures a instruit pour qu’on règle au plus vite l’entreprise en question et qui s’avère être la sienne. Cette facture était restée suspendue depuis 2014. 06 ans après, même si l’entreprise en question devrait rentrer dans ses droits, est-ce que l’intervention du ministre en fonction ne crée pas un conflit d’intérêts ?

Selon les documents que nous publions ici, le contrat de gré à gré contracté en 2014 avec l’entreprise qui a réalisé le marché appartient au ministre des Infrastructures Ahamat Abakar Adjid.

Les Tchadiens doivent se rendre à l’évidence, que rien ne changera des pratiques de clientélismes, de népotismes, de corruptions, de détournements de deniers publics tant que ce régime fantoche ne changera par une administration rigoureuse soucieuse de la bonne gouvernance et de l’émergence de notre pays.

Tchadanthropus-tribune

710 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire