Ce jour, lundi 02 mars 2020, Me Emanuel Ravanas avocat au barreau de Paris, est venu à N’Djamena assisté à l’affaire #Martin #Inoua #Doulguet qui défraie la chronique au Tchad.

Cette affaire est cousue de fil blanc depuis la condamnation du journaliste dans un problème civil alors qu’il avait repris une information déjà publiée.

Il s’avère très concrètement qu’il y a une machination grave orchestrée par un lobby en présence, que le journaliste Martin Inoua Doulguet dérange dans ses publications. Ce qui est aberrant est que son affaire a été manipulée avec l’entregent du ministre de la Justice Djimet Arabi et des personnes qui veulent enterrer Martin Inoua Doulguet vivant.

Pire, du statut civil, cette ténébreuse affaire est requalifiée et doit être jugée par une chambre spéciale comme s’il s’agissait d’un terroriste. Idriss Déby est-il au courant ? Si oui, cela discrédite toutes ses promesses dans le cadre de la justice. Et cette justice tchadienne n’en serait pas grandie dans l’histoire de Martin Inoua Doulguet.

Idriss Déby est le 1er magistrat dans ce pays. Il doit veiller à l’image d’une justice non corrompue et impartiale à dire le droit, mais non un terrain qui permet aux individus de régler les comptes des autres.

L’Affaire Martin Inoua Doulguet doit trouver son épilogue dans la franchise et la vérité, sinon honte à ceux qui voudraient parler encore de démocratie dans notre pays.

Tchadanthropus-tribune

428 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article