Alors que les 13 manifestants arrêtés le jeudi 25 Avril ont été déférés au parquet pendant que le Procureur de la république Youssouf Tom chargé du dossier était absent, la Direction Générale de la Police Nationale appelle pour exiger qu’on ramène les détenus à la coordination de la police. Aussitôt les policiers qui ont escorté les détenus les ont réintroduits dans la fourgonnette, demi-tour à la coordination des sections de la police judiciaire sans aucune explication aux avocats, aux nombreuses familles des détenus et journalistes présents au parquet.

Le Procureur de la république Youssouf Tom qui se trouve entre temps au bureau du ministre de la justice informé, appelle à la coordination de la police pour demander pourquoi des détenus déjà déférés au parquet sont ramenés à la police judiciaire sans l’avis du parquet? Il exige qu’on les ramène au parquet afin qu’ils soient entendus.
Mais c’est sans compter avec le mépris et l’insubordination de la police nationale, à l’égard du Procureur de la République. La Coordination de la police rétorque au Procureur : « nous avons reçu des instructions de la hiérarchie pour les maintenir » fin de citation. Les parents des détenus, les défenseurs des droits de l’homme et les journalistes présents au parquet ont décidé de se rendre à la coordination des sections de la police derrière les détenus, mais là encore, ils ont été chassés comme des malpropres par les éléments de la police en faction arguant que c’est le Procureur de la république qui a donné des instructions pour l’interdiction de la visite.
Mais le Procureur de la République Youssouf Tom que nous avons rencontré à 14 heures dans son bureau déclare n’avoir donné aucune instruction d’interdiction de la visite aux détenus et dit être dépassé par cette affaire.

Aux dernières nouvelles, c’est le ministre de l’Administration du territoire, de la sécurité et de la gouvernance locale Abali Salah en déplacement à Abidjan qui serait à l’origine de cette manœuvre. Il serait dans l’avion sur N’Djamena et c’est à son arrivée que les avocats des détenus seront situés sur le sort de leurs clients.
Voilà comment, le Procureur de la République, Youssouf Tom assiste impuissamment à l’ingérence de l’exécutif à travers le ministre ABALI SALAH dans cette affaire.

Par Blaise Dariustone

1251 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article