La famille de feu Adam Moustapha, notable, battu à mort sur instruction du général Ismad Issak Acheikh, chef de canton Maraone dans le dar Tama, demande que justice lui soit rendue.

Cette affaire qui avait défrayé la chronique remonte à 2016. Elle a fait grand bruit dans le dar Tama.

Le vieux père Adam Moustapha âgé de 75 ans, père de 13 enfants, soupçonné d’être de mèche avec des rebelles dans le Dar Tama a été torturé à mort le 04 octobre 2016, selon sa famille et ce sur instruction du chef de canton Maraoné, le général de l’armée Ismad Issak Acheikh. 

Selon certaines sources, lors de l’avant-dernière session criminelle, l’accusé Ismad Issak Acheikh a nié les faits qui lui sont reprochés. C’est ainsi que la cour avait exigé la présence devant la barre un témoin, un certain Youssouf Brahim qui serait torturé avec Adam Moustapha.

Abdoulaye Hamad Mahamat, représentant la famille du défunt indique que lors de la Session criminelle du 18 février 2021, Youssouf Brahim a déclaré devant la barre qu’effectivement ils étaient torturés tous les deux sur ordre du chef du Canton, le général de l’armée Ismad Issak Acheikh. Mais affirme-t-il, bizarrement la cour n’a pas voulu que Youssouf Brahim relate les faits qui ont abouti à la mort de Adam Moustapha, tout en affirmant que le Tchad est un pays de droit et des lois.

Abdoulaye Hamad Mahamat représentant la famille de feu Adam Moustapha a confié qu’il craint que l’affaire de la mort de son cousin soit étouffée injustement. Il demande que justice soit rendue, particulièrement aux veuves et orphelins qui ne cessent de pleurer la mort de leur père.

Tchadanthropus-tribune

363 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire