À écouter ce vieux père et ne pas vouloir à venir à l’aide pour ce monsieur, cela équivaut à une non-assistance de personne en danger.

Usurpation de maison par force.

Le vieux père cite le nom d’un colonel Zaghawa qui répond au nom de Moussa Ahamat Lemine connu sous le nom de Moussa Ahamat Onigué qui a confisqué les papiers de domaine de ce vieux monsieur, en le contestant le vieux fût mi en prison 14 jours avant qu’un juge ne le relâche classant le dossier mal fondé. Mais le Moussa Ahamat Onigué insiste et lui met la pression en continu.

Le vieux citoyen affirme n’avoir rien avec lui, il n’a ni travaillé, ni avoir un lien quelconque avec lui.

Devant l’autorité publique, un commissaire, Onigué a promis de lui prendre sa maison et le tuer.

À cet instant précis, le vieux père demande de l’aide, au président de transition, Mahamat Idriss Deby, au ministre de la Justice, au procureur de la République et à toute personne capable de l’aider face à cette injustice.

Moussa Ahamat Onigué serait venu jeté dans ses affaires et celui de ses enfants dans la rue en le menaçant de le tuer.

Les autorités du pays ne doivent pas laisser faire ça, laisser l’impunité et l’injustice prospérer de la sorte. En écoutant ce vieux père, la sensibilité de l’âme ne peut qu’être atteinte.

Chaque compatriote doit venir au secours de ce vieux monsieur, sinon face à un drame, chacun d’entre nous aura un problème dans la conscience.

Tchadanthropus-tribune

855 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire