N’est-ce pas Haroun Kabadi qui est présenté comme le premier élu du peuple ? Alors pourquoi tous ces assassinats en pleine ville dans la capitale ?

Les sbires de Kabadi ne sont pas à leurs 1ers forfaits, il n’y a pas longtemps encore, les mêmes gardes de Kabadi avaient abattu un citoyen prétextant une mesure d’approche trop serrée envers le président de l’Assemblée nationale.

Cette fois-ci s’en est de trop parce qu’un jeune diplômé de master est abattu en plein jour alors qu’il travaillait pour nourrir sa famille. Bonheur Mateyan c’est de ce jeune qu’il s’agit, est abattu devant le centre Don Bosco, paraît-il, en plein embouteillage. Quoi qu’il en soit, ces patriarches aux semelles d’argile n’ont pas le droit de tuer un citoyen, simplement à leur guise et évoquant la sécurité des personnalités.

Les gardes qui ont abattu notre compatriote ont reçu l’ordre de qui ? Ont-ils fait usage de sommation avant d’exécuter un paisible citoyen ? Où la vie d’un citoyen, quel qu’il soit n’a aucun prix ?

Après avoir spolié les Tchadiens, les asservir, les déposséder de leurs biens, il faut maintenant les anéantir pour faire prospérer la peur et une suprématie qui en vérité ne peut qu’être tirer du peuple.

Les associations de droits de l’homme, la société civile, doivent porter ce problème au-devant de la justice et demander à Haroun Kabadi des comptes. On ne peut pas s’afficher au perchoir comme l’élu du peuple, et devenir son fossoyeur.

Plusieurs Tchadiens blessés par balles en pleine capitale. Y’a-t-il un organe de sécurité ?

Comme toujours, à l’approche des élections au Tchad, on dénombre une croissance d’insécurité sur la population. La seule haleine pour tenir le peuple en otage dans une spirale de tuerie, d’assassinats et des vols.

Bien avant l’assassinat de Bonheur Mateyan ce lundi, plusieurs cas de blessures et d’assassinats sont observés en pleine capitale N’Djamena. Il y a le cas du jeune devant la supérette, ensuite des tueries entre militaires (05) au jardin des Déby et consorts, ensuite au sein de la DGSIIE (4), dans la garde et nomade (07). En pleine capitale, des subversifs dérobent des motos à leurs propriétaires, sans compter cette fameuse manière de spolier des citoyens traversant le pont Chagoua. Où est la sécurité des Tchadiens ? Où sont ceux qui sont censés protéger le “Peuple “ au nom de la constitution ?

Si Bonheur Mateyan est un terroriste qu’on nous explique cela, mais il n’y a aucune raison de l’abattre comme un chien pour un voleur de l’État comme Kabadi et ses semblables. Comment peut-on assassiner un jeune instruit pour un vieux rabougri ?

Ce que la vie au Tchad de Déby n’a aucun sens pour sa jeunesse !

Tchadanthropus-tribune

1028 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article