Depuis plusieurs semaines, la population de la ville de N’Djamena vit dans une insécurité indescriptible. De jour comme de nuit, des malfrats armés d’armes de poings et de guerre agressent sans rechigner les citoyens, arrachant leurs véhicules, motocyclettes et autres moyens roulants.

La plupart de ces bandits émanent des forces armées (armé nationale, gendarmerie nationale, garde nationale et nomades du Tchad, police nationale). Car il n’y a que ceux-là qui détiennent les armes de guerre, la population est à 80 % désarmée à travers les diverses fouilles programmées et organisées.

Selon nos informations, plusieurs individus seraient interpelés par la police et présentés ce mercredi au commissariat central pour diverses accusations, notamment le vol des motos et véhicules. Plusieurs armes ont également été saisies.

La direction générale de la Police nationale a fait mercredi une présentation de ses opérations. Elle a annoncé l’arrestation de 49 présumés malfrats qui ont été présentés à la presse. Les forces de police ont saisi 80 armes de différents calibres, quatre motos, quatre véhicules et 2698 munitions. Le directeur général de la police nationale, Ousman Bassi Lougma, s’est félicité des différents résultats obtenus par les services de police avec la collaboration d’autres services sécuritaires.La cérémonie a eu lieu en présence du ministre de la Sécurité publique et de l’Immigration, Souleyman Abakar Adam et du ministre de la Justice, Mahamat Ahmad Alhabo.

Tchadanthropus-tribune

1441 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire