L’affaire prend une dimension singulière puisque les autorités sécuritaires diligentent une enquête sur la disparition la semaine dernière d’une dizaine de jeunes engagés par un officier de l’armée qui offre 5000 FCFA par personne venant travailler sur son champ de culture. 

Parmi la dizaine de jeunes portés disparus, 8 seraient revenus à N’Djamena.

Tout serait parti d’une non-entente entre l’officier de l’armée sur le montant du salaire à verser pour labourer un champ d’une superficie d’1 hectare. Au lieu de 5000 FCFA, l’officier propose 20 000 FCFA, mais ces jeunes auraient refusé en menaçant de rentrer à N’Djamena à pied (une distance de 80 km). C’est ainsi que l’officier ré propose 3000 FCFA en guise de frais de transport pour leur retour.

Aux dernières nouvelles, le démarcheur de cette transaction est entre la main de la police qui cherche à écouter l’officier de l’Armée sur cette affaire. Les parents des enfants quant à eux exigent de l’officier de réparation pour le préjudice subi suite à la disparition de leurs enfants.

Dans une autre affaire, un jeune de 20 ans (Béchir Akaye) a été tué à l’ancien marché du quartier Farcha (1er arrondissement) pour un problème de carte mémoire. Selon un témoin de l’affaire, le meurtrier ne serait pas à son premier acte. C’est un problème de décompte sur l’ensemble des cartes mémoires à vendre qui a déclenché cet incident. L’altercation a fini par ce meurtre.

Sur l’affaire d’insécurité observée au marché de sans-fil, le procureur de la République Youssouf TOM a confirmé en précisant que le mécanicien Abderaman Kaidal sur lequel l’officier avait tiré à bout portant auparavant est bel et bien mort. Cette déclaration est faite pour lever tout doute à l’envers de ceux qui ne croient pas sur la mort du mécanicien.

Les parents du militaire lynché auraient remis la somme de 1 million de FCFA (1524 euros) à la famille du défunt mécanicien afin d’organiser les funérailles. Les obsèques du mécanicien décédé ont eu lieu vendredi dernier au quartier Amriguebé.

Plusieurs responsables politiques de l’opposition, ceux de la ville de N’Djamena se sont rendus au domicile de la famille du mécanicien pour présenter les condoléances.

Tchadanthropus-tribune

782 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article