Dans la dernière partie des échanges avec madame Fatimé Raymonne Habré, les échanges ont été directs avec un contenu soutenu. Aucun sujet n’a été tabou.

 

La gouvernance et la gestion du régime actuellement en place ont été indexées avec ces vérités qui ne plaisent pas. Le cumul des 3 épisodes de ces échanges est riche en enseignement. Avec un recul nécessaire sur la vision qu’on peut avoir pour son pays, on ne peut qu’être outré du désamour aussi prédateur que médiocre de l’exécutif actuel. La barre est très haute, à chacun d’aider à ce que le pays aille vers l’avant.

Tchadanthropus-tribune

1266 Vues

  • La gestion du Tchad et la Démocratie sous Son Excellence le Président HABRE est sans doute, un cas d’école traduit par les faits indiscutables ci-dessous
    Sous le régime de son Excellence Hissein HABRE, le Tchad était plus démocratique qu’il ne l’est aujourd’hui sous celui d’DÉMOCRATIE COMPARATIVE HABRE / DEBYIdriss DEBY qui dure presque trois décennies de souffrance indescriptible pour le grand Peuple tchadien.
    En effet, un poids lourd du régime du Président HABRE, le défunt Ousmane ISSA et un grand homme d’affaires indépendant Addoudou ARTHUR se présentent aux élections, le premier fort du soutien du pouvoir et le second de sa prestige d’homme d’affaires, pour briguer le poste de maire de la ville de N’djamena.
    A la grande surprise de tout N’djamena et surtout des cadres du parti au pouvoir dirigé par le Président HABRE, l’homme d’affaire Addoudou ARTHUR remporte l’élection organisée par le Parti au pouvoir. C’est un fait, une réalité démocratique et au vue de cette acceptation des résultats issus des urnes, Son Excellence le Président HABRE ne peut être qualifié que d’un grand démocrate, un grand Homme d’État contrairement à DEBY se basant sur les faits et aux constats de 28 ans des mascarades.
    Que les « politiciens» nous éclairent sur l’organisation de cette élection sous le règne du Président HABRE. C’est un cas d’école de Démocratie!
    Sur le plan militaire, sous HABRE malgré qu’il un cadre de l’Administration et non de l’Armée, HABRE a commencé à organiser l’Armée. Il n’a pas nommé une pléthore des généraux et autres officieux. Un fait il commencé par nommer, après casernement et formation, quelques commandants qui commandaient des Zones.
    Sur le plan gestion de ressources financières, personne ne pouvait détourner les deniers publics, contrairement avec DEBY durant ses 28 ans des détournements des biens. Sur le plan gestion administrative aussi il n’y a rien de comparable.
    En fin, pourquoi le Président HABRE n’a pas voulu l’exploitation du pétrole ? En tout cas malgré les faibles ressources dont disposait l’État, il y a eu le passage du demi – salaire au plein salaire des fonctionnaires.

    Le Tchad était effectivement en plein progrès avec le Président HABRE. Cependant, avec DEBY, malgré l’argent du pétrole, le grand Peuple tchadien est victime de presque trois décennies de souffrance indescriptible. Il urge que cette calamité prenne fin.

    Commentaire par DÉMOCRATIE COMPARATIVE HABRE / DEBY le 30 août 2018 à 23 h 29 min