H. NDO: Les autorités tchadiennes ont affirmé avoir déjoué un coup d’État dernièrement, suite à cela quatre députés ont été arrêtés et votre domicile perquisitionné où en est l’affaire en ce moment?

  

Saleh Kebzabo: Il s’agit en fait d’une visite dont je présume qu’elle fût destinée a me remettre une convocation comme je n’étais pas là ils n’ont rien laissé. Je suis rentré le 28 mai, je n’ai ni été convoqué ni fait l’objet de quoi que ce soit. Concernant l’affaire elle-même, elle finit en queue de poisson. Des députés ont été arrêtés dans l’illégalité, certains dans la nuit sans même la levée de leurs immunités, il appartient au régime de démontrer qu’il y a eu complot. DEBY a parlé de conspiration, une conspiration se fait à plusieurs or ces personnes ne se connaissent pas entre eux il y’a eu précipitation, la preuve trois députés ont été libérés et ce genre de chose n’honore pas le Tchad, ça nous rappelle les pires périodes de SEKOU TOURE. Venir inventer des coups, faire des simulacres comme ça pour faire pression sur l’opposition, heureusement ça fait psitt. C’est un moyen pour Deby de préparer les élections présidentielles en bâillonnant l’opposition.

 

H. NDO: vous avez refusé de signer un nouvel accord entre le pouvoir et l’opposition dans le cadre de la concertation politique, pourquoi ce refus?

 

Saleh Kebzabo: Nous avions en son temps signé l’accord du 13 aout 2007. Cet accord avait été salué par tout le monde et il a plu, ou moins, jouer son rôle sauf en matière électorale où c’est fut un échec total. C’est en cela que l’accord est arrivé a expiration en 2011. On a passé l’année 2012 à attendre. Puis au début de cette année, en tant que chef de l’opposition j’ai écrit à DEBY pour lui dire qu’il serait bon qu’on se rencontre pour relancer les discussions. A notre grande surprise, en avril il a organisé deux réunions et il a soumis à l’attention de ceux qui étaient là des propositions. Nous n’avons pas soutenu cette démarche et nous le lui avons signifié. Il nous a reçus le 28 avril, nous avons discuté pendant plus d’une heure et nous ne sommes pas tombés d’accord. Nous lui avons envoyé deux jours après un mémorandum avec les points sur lesquels nous n’étions pas d’accord, et nous attendons la réponse. Il y a une dizaine de jours, il nous a envoyé le président ALINGUE qu’il appelle facilitateur, nous disons que cette situation n’a pas besoin ni de facilitateur ni d’un membre de ce cadre de dialogue que nous n’approuvons pas, voilà notre position jusqu’à nouvel ordre.

 

H. NDO: Que pensez de l’arrestation de l’ancien président HABRÉ au Sénégal ?

 

Saleh Kebzabo: je pense que si telle est la procédure qui a été mise en place par le tribunal spécial, il faut respecter les normes que cela se fasse de façon régulière, ses avocats ont dit qu’il a été kidnappé chez lui, je suis surpris que dans un pays comme le Sénégal on viole ainsi la loi, il faut attendre que l’instruction soit terminée, qu’il soit entendu, que les faits soient établis pour l’envoyer devant le juge d’instruction et on verra ce que cela va donner, mais d’avance comme ça, on ne peut pas dire que c’est bien ou pas, mais si le procès a lieu il faut croire que c’est un procès didactif les Africains doivent le prendre comme un procès alerte qui doit servir de leçon a des dirigeants non démocratiques, et ils sont nombreux ,que tous les dictateurs et les pourfendeurs des droits de l’homme sachent qu’on peut plus faire n’importe quoi sans rendre des comptes.

 

H. NDO: ON vous dit proche d’ALPHA CONDÉ que pensez vous de lui depuis qu’il dirige la guinée?

 

Saleh Kebzabo: ALPHA est à mi-chemin de son mandat et je peux dire par expérience que quand on a été dans l’opposition pendant longtemps, sans expérience gouvernementale, ce n’est pas facile. Je cite un cas comme celui de François MITEERAND, qui est resté longtemps dans l’opposition, mais qui avait l’expérience gouvernementale, n’a pas eu à beaucoup de problème. Je compare le cas Alpha à celui de François HOLLANDE qui n’a pas d’expérience gouvernementale et qui a eu quelques couacs au départ, mais qui se rattrape bien en ce moment. ALPHA a les mêmes problèmes, j’étais à son investiture et je vous dis qu’il a pris un pays en lambeaux, qui l’est encore, à reconstruire. Tout ça ce n’est pas facile, il faut que tous le soutiennent pour sortir la guinée de ce marasme et j’ai bon espoir.

 

H. NDO: Pouvez-vous nous parler de votre programme futur pour la jeunesse tchadienne ?

 

Saleh Kebzabo: Je considère la jeunesse comme le fer de lance de la nation, et je souhaite qu’elle assume des grandes responsabilités comme nous le faisons au sein de L’UNDR. J’ai beaucoup d’ambition pour les jeunes tchadiens contrairement au parti état MPS. Je mets l’accent surtout sur l’éducation. Tous les Tchadiens doivent êtres lettrés (bilingues) en français et en Arabes, l’école doit être obligatoire et gratuite jusqu’a 16 ans et chaque jeune tchadien doit avoir un ordinateur. Ce n’est pas normal qu’il n’y ait pas de connexion internet et que de nombreux jeunes ne sachent pas utiliser un ordinateur au Tchad. Ouvrir une fenêtre sur le monde dans tous les domaines pour permettre aux jeunes par des jeux d’excellence d’être au même point que les Américains et les Français. Ce n’est pas le cas aujourd’hui l’éducation tchadienne est en lambeaux, le parti état MPS ne s’en occupe pas. Élu je mettrai en place les états généraux de l’éducation avec une politique volontariste et une vision d’avenir pour la jeunesse. Il faut enrayer la baisse de niveau qui est très grave au Tchad en ce moment. Au niveau du sport aussi, il y a beaucoup a faire du coté encadrements, tout comme les infrastructures. Aujourd’hui il n’y a même pas un terrain de sport digne de ce nom au Tchad, pas d’aire de loisirs, c’est le néant. L’UNDR au pouvoir, la jeunesse tchadienne, le citoyen tchadien sera épanoui et sera le plus productif et compètent d’Afrique.

 

H. NDO: Des journalistes et blogueurs ont été arrêtés au Tchad et depuis ils croupissent en prison (NDLR: AVENIR DE LA TCHIRE, ÉRIC TOPONA, LAOKOLE), que pouvez-vous nous dire sur ces violations de la liberté?

 

Saleh Kebzabo: Je crois que de façon fondamentale, il faut qu’on sorte de cette culture de monopartisme, de dictature, en d’autres termes il faut être démocrate. Il est inadmissible, il est anormal, et c’est scandaleux que parce que quelqu’un détient le pouvoir, il abuse de cela pour priver des citoyens de leur liberté sans raison. Des journalistes sont en prison depuis quatre mois sans avoir vu un juge, on leur refuse la liberté provisoire, on se croirait aux pires heures soviétiques, et quand vous voyez ces dossiers là vous verrez que c’est des règlements de comptes, que DEBY laisse faire de façon cynique. C’est pourquoi je dis qu’il est entouré de petits voyous, DEBY a un entourage qui est nocif, qui ne peut permettre au pays d’évoluer. Que vous prenez les faux complots, les journalistes arrêtés, les violations des droits de l’homme, tout cela relève des mêmes personnes, j’espère que quand DEBY verra les méfaits de ces actes, cela risque d’être trop tard et il en sera pleinement responsable. Il doit agir maintenant, d’ailleurs nous sommes retombés bas, alors que le Tchad a été applaudi pour son intervention au Mali. Mais après, nous avons perdu le poste aux Nations unies ,il y a eu la cinglante indifférence à l’UNESCO, la relance de l’affaire IBNI, tout cela fait que le Tchad est retombé en dessous de zéro. Attendez comment on peut arrêter un pays toute une journée et demander aux gens de sortir acclamer la justice sénégalaise dans l’affaire HABRÉ ?  Cela relève d’un autre monde. On a d’autres moyens de faire cela nous sommes dans un archaïsme politique qu’il faut arrêter. Il faut vivre dans le monde, avec le monde, mais pas vivre dans un autre siècle comme le fait le parti état MPS avec les tchadiens.

 

193 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article