Bonjour Mr le Ministre, Vous êtes le porte-parole de la Coalition OUI pour le referendum constitutionnel, Mr le porte-parole, pourquoi votre coalition a choisi de voter voté pour oui pour le projet de constitution ?

 

C’est simple.  C’est très simple. Nous avons d’abord réfléchi et après réflexion nous avons pesé le pour et le contre pour voir  ou est-ce que la fédération va nous mener et ou est-ce que l’Etat Unitaire fortement décentralisé va nous mener. Nous avons tenu compte de plusieurs facteurs ; il y’a le facteur d’abord du pays qui fait que notre pays depuis plusieurs années a vécu des moments assez tumultueux (Politico militaires, des guerres civiles) ou nous nous trouvons face à plusieurs disparités communautaire régionale ethnique et cela ne fait que grandir dans l’esprit de tout le monde. Il y’a un repli identitaire qui est quand même trop inquiétant qui fait que si nous optons pour le fédéralisme, veut dire se replier sur soi-même. Cela ne peut pas encourager la cohésion nationale, l’unité nationale. Donc moi je pense que en optant pour le OUI  nous optons pour la cohésion sociale, les richesses culturelles et l’unité nationale. Parce que dans l’expérience qu’on  est entrain de vouloir vivre avec ce  OUI pour un Etat unitaire fortement décentralisée c’est que nous vivrons une expérience qui est inouï. Pour la première fois nos régions nos provinces vont s’autogérer localement. Ou les collectivités territoriales pour s’exprimer localement. On entend par fortement décentralisé, c’est dire on laisser les régions prendre leurs responsabilité. Et donc on est presque  à l’anti chambre de la fédération. Sauf que en garantissant les idées idoines de la cohésion sociale, de la paix sociale, du vivre ensemble. Voilà les grands angles qui nous amènent aujourd’hui à se dire que dans l’expérience du passé au Tchad d’aujourd’hui, le OUI pour un Etat Unitaire fortement décentralisé est un choix acceptable et plausible. La fédération, voyez-vous il y’a autant des pays dans le monde qui étaient dans la fédération. Vous voyez la fédération de la Russie qui a éclaté en micro état et qui sont revenus à la forme Unique. L’Etat  Unitaire. Et vous allez de part et d’autres, chaque entité vie son expérience en se décalant un peu de la fédération. Pour notre pays, il faut une certaine maturité. D’abord il faut qu’on pense que le sceau de l’Etat puisse exister. Aujourd’hui le patriotisme fuit tout le monde. Vous n’allez pas trouver les patriotes qui vous parlent de la patrie,  de la nation. C’est quand on a ça dans les gènes  qu’on peut expérimenter peut être la fédération. Parce qu’elle n’est pas pris sur l’aspect repli identitaire mais elle est beaucoup plus sur la gestion des collectivités locale. Mais nous n’avons pas encore un peuple assez mur pour ça. Assez souvent ceux qui prônent la fédération le font  par dépit. Parce qu’ils trouvent qu’ils ont été lésé, parce qu’il n’y a pas eu de justice dans l’équité de la chose et ils se disent si c’est comme ça je reviens chez moi. Et chez moi je peux mieux gérer mais ils ne pensent pas à l’ensemble du pays.

Dans cette projet de constitution il y’a plusieurs institutions est ce que ces institutions pourront elles contribuer à construire le Tchad de demain   ?

Absolument ! Vous savez, le Dialogue Nationale Inclusif et Souverain a permis un peu d’ouvrir les yeux et les oreilles. Grace au Dialogue aujourd’hui  il y’a plusieurs ordonnance, plusieurs recommandations. D’ailleurs le choix du referendum. Les institutions qui vont être mis en place seront à équidistance de ce qu’on a aujourd’hui. Vous prenez le SENAT, l’assemblée pas sur sa forme actuelle  mais redessiner, le président de la république qui n’est plus le premier magistrat et que même la magistrature aura un statut particulier. Tout cela contribue beaucoup plus à enraciner  les institutions pour qu’il y’ait un certain équilibre et jeter les bases d’un développement futur. Je ne pense pas que beaucoup de personnes ayant réfléchi dans les commissions en travaillant puisse aujourd’hui faire naitre quelque chose qui est du sens du bidon. Ce n’est pas possible. Moi je crois fortement a cela ; dans l’état unitaire fortement décentralisé, nous retrouvons des institutions nouvelles telles que le SENAT, la différence au niveau de la magistrature. Tout cela contribuera à assoir déjà une certaine démocratie.  Cela ne peut qu’encourager le développement du pays.

Mr le porte-parole de la coalition OUI, votre dernier mot.

Je pense que qu’on le veuille ou pas. Qu’il y’ait des détracteurs ou pas ; du Tchad de par l’Afrique est un exemple. On voit un peu en Afrique de l’ouest, ici et là, la transition au Tchad est citée en exemple. Ça c’est grâce au leadership d’abord d’un homme, le Président de la république, le président de transition le Général Mahamat Idriss Deby Itno qui départ son leadership fait assoir cela. Et je pense que quiconque honnête soit-il , pas de mauvaise foi  pourra reconnaitre cela. Que la transition au Tchad fait son bonhomme de chemin. Ensuite nous allons bientôt aller vers d’autres échéances,. Ce que je peux  dire à mes compatriotes  est que la paix n’a pas de prix. La paix qui prends en compte toutes les aspirations des tchadiens n’a pas de prix. Et même quand on est contre ; tout aspect de non-violence comme on l’a vécu au pare avant n’a fait que nous retarder et nous a fait retarder dans tous les domaines (éducation, social administration, gouvernance, et ça c’est parce que nous n’avons jamais été stable. Nos constations en général sont des contestations violente. Il faudrait qu’on réfléchisse a contesté l’autre autrement. Pas par les insultes, pas par le dénigrement mais idée contre idée. Expertise contre-expertise et c’est comme ça qu’on peut aller de l’avant.

Le Tchadanthropus-tribune

591 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire