La visite entamée d’Idriss Déby en terre d’Israël fait grincer les dents dans les pays limitrophes. Nous allons observer bientôt aux envois des délégations de Déby dans les pays limitrophes pour calmer les ardeurs. Pendant la visite de Déby à Jérusalem, le gouvernement du Soudan s’est réuni en session extraordinaire pour désapprouver la visite du dictateur tchadien sur place. Par un communiqué du ministre des Affaires étrangères du Soudan, le pays de Oumar El-Béchir affirme ne pas accepter la présence des Israéliens à ses frontières ouest. Que cela ne peut être admis venant d’un pays ami. Les grincements de dents se feront certainement sentir du côté des Libyens. Idriss Déby doit avoir les termes de conviction même s’il devra s’appuyer sur les valeurs de souveraineté nationale. L’on est pas surpris de l’attitude du Soudan, lui même un pays pro-Qatar avec une touche iranienne. À chacun ses intérêts.

Foulant toujours sous les pieds l’expression de son peuple, Idriss Déby doit faire attention à ne pas trop frustrer certaines communautés au pays qui prendraient très mal ces approches avec Israël.

Rentré de Jérusalem ce mardi 27 novembre 2018 dans l’après-midi à N’Djamena, Idriss Déby devra s’atteler à redéfinir sa stratégie sur le front nord au Tibesti où l’armée traine les pas. Un fait extraordinaire s’était passé lundi après midi devant la garnison à N’Djamena. Jonchés sur des camions, des soldats à qui on vient de dire qu’ils partiraient en mission au nord ont sauté des véhicules et détalés comme des lapins. Ces faits avérés expliquent combien de fois le malaise est profond dans la grande muette. Un malaise, selon notre correspondant à la présidence des Itno, poussera le président tchadien à s’adresser à la communauté Béri et Gorane très bientôt.

Dès le départ d’Idriss Déby et sa délégation, le 1er ministre d’Israël Benjamin Netanyahou fait un communiqué à travers son ministère, de son prochain et très bientôt voyage à N’Djamena pour sceller les relations diplomatiques fraichement entamées et qui, de l’avis d’Idriss Déby seront très très fortes.

Selon nos sources au sein de la délégation, Déby aurait déjà l’aval des Israéliens sur la coopération très bientôt en matière de renseignements et une expertise sur la lutte anti-terroriste. Une technologie d’écoute sur les communications des réseaux sociaux tel que le célèbre Wattsup, Messenger et Imo. Mais les deux 1ers cités ne peuvent être captées indéfiniment selon les spécialistes les plus avisés, car Wattsup crypte ses données chaque 24/48 heures ce qui le rend très nomade. En plus Wattsup dépend de Facebook propriétaire de Messenger. Même si on vient d’Israël il n’est pas facile de la faire. En plus, les Tchadiens ne doivent pas se laisser gruger. On ne peut pas suivre toute la masse de population sur l’étendue du territoire. Il y aura une campagne de déstabilisation axer sur la peur et le terrorisme du citoyen. Mais nos compatriotes ne doivent pas se laisser abuser. Attention, la confiance n’exclut pas le contrôle.

De l’avis des observateurs, si les Américains observent calmement la visite d’Idriss Déby en Israël, les Français ne sont pas hostiles dans les faits, mais observent la situation avec munitie tant que les engagements pris avec Barkhane et le G5 ne sont pas écorchés. La même source affirme qu’il y eut des accords tacites pour lesquels la partie israélienne a donné son feu vert. S’agit-il des accords en matière agricole, surtout en plein désert où les Israéliens sont reconnus à travers les efforts faits sur le désert de Néguev ? Mais sûrement ce qui préoccupe le régime de Déby est la sécurisation de son fauteuil donc tout ce qui touche aux renseignements et du domaine militaire. Les grandes analyses sont relancées.

Tchadanthropus-tribune

1278 Vues

  • Le président Idriss Déby est libre de coopérer avec qui il veut.

    Commentaire par Koanice le 29 novembre 2018 à 19 h 24 min