Benyamin Nétanyahou multiplie les initiatives diplomatiques en Afrique.

Par Piotr Smolar 

Jérusalem, correspondant. Le président tchadien Idriss Déby est arrivé en Israël dimanche 25 novembre pour une visite qualifiée d’« historique » par son hôte, Benyamin Nétanyahou. Il s’agit d’une première pour un dirigeant de cet Etat africain. Les deux pays ont rompu leurs relations diplomatiques en 1972, mais les contacts n’ont jamais cessé, le Tchad se montrant bon client des armes israéliennes depuis des décennies, en particulier à l’époque de l’opposition à la Libye de Khadafi. « Nos relations spéciales se sont poursuivies tout le temps », a souligné Idriss Déby.

Idriss Déby et Benyamin Nétanyahou se sont rencontrés récemment à Paris, en marge des cérémonies de commémoration de la première guerre mondiale. Cette visite, gardée secrète pendant plusieurs semaines, illustre la stratégie du premier ministre israélien en Afrique, où il n’a eu de cesse d’encourager des rapprochements inédits ces dernières années. En juillet 2016, M.Nétanyahou avait effectué une tournée très remarquée en Afrique de l’Est, visitant l’Ouganda, le Kenya, le Rwanda et l’Ethiopie.

En mai, la Tanzanie a ouvert une ambassade à Tel-Aviv, après avoir rétabli ses relations avec Israël en 1995. Fin septembre, au cours d’une rencontre à New York, M. Nétanyahou et le président rwandais, Paul Kagamé, ont annoncé l’ouverture d’une ambassade dans leur pays respectif. Le Rwanda joue un rôle majeur dans l’entreprise de séduction déployée par le gouvernement israélien sur le continent.

Le Monde

Temps de

1273 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article