Il faut le préciser pour narrer le titre de jeune Afrique, que Mahamat Idriss Deby Itno est sous le seul œil de ses compatriotes… Pour son programme de société mis en avant lors de la dernière campagne présidentielle.

Dans tous les régimes, la composante des lobbys existe, entre ceux qui veulent axer leurs coopérations avec telle ou telle entité, et dans le cas du Tchad il n’y a rien d’étonnant.

Soyons d’accord, l’article « enquête » produit par Jeune Afrique est écrit et fait sur commande. Qui est l’heureux narrateur ? Un ex-conseiller à la présidence en disgrâce actuellement avec le régime. Le seul motif qui engendre l’article de jeune Afrique est de surfer sur un prétendu basculement de Mahamat Idriss Deby Itno vers la Russie de Poutine au détriment des Occidentaux et la France. Voilà les germes de la polémique entretenus.

Une telle position, acquise, permettrait de réveiller des animosités politiques contre le régime du Tchad actuellement, et faire tout pour un renversement du système. Un rêve que peut continuer à caresser ce conseiller aux abois, mais la vérité est ailleurs.

Si un Russe (Maxim CHOUGALEÏ) apparaît dans le paysage tchadien et que cela pose plusieurs interrogations, pourquoi il n’en est pas de même de la visite du français (Jean Marie Bockel) à N’Djamena ? Un poids, deux mesures que Jeune Afrique est le seul à savoir.

La déstabilisation avait commencé bien avant cet article, au cœur de la campagne présidentielle, quand le Russe Maxim CHOUGALEÏ est venu au Tchad, invité par un bureau de soutien, sans aucun lien avec la présidence ou les autorités officielles. Depuis lors, partout sur les médias en France, le Tchad est tancé d’un rapprochement avec les Russes, comme si un pays souverain n’a pas le droit de choisir et de diversifier ses liens de coopération, le manège est connu d’avance.

Quand les Occidentaux au nom de quel principe tirent la couverture vers eux en foulant au pied les aspirations légitimes des peuples, vous êtes plébiscités. Attention à vous si leurs intérêts s’en trouvent démunies.

Ce qui est fort malheureux est que Jeune Afrique est devenue madame Claude de Pigalle, quiconque bourse sa commande reçoit les dîmes d’un article complètement faux à dénaturer autrui gratuitement.

L’article de jeune Afrique intitulé « Mahamat Idriss Deby Itno, un président sous l’œil de Moscou » est truffé des affirmations gratuites.

Le président tchadien est allé à Moscou sans aucun préjugé, axant son voyage sur une coopération simple d’un état souverain, vers un autre état par le monde, sans entrave aucune pour qui que ce soit, et ne gênant aucun intérêt quelconque, pourvu que le Tchad y gagne.

Il n’y a nul doute que l’article publié va dans le sens de préparer l’opinion occidentale avant le voyage très bientôt à Paris du président tchadien nouvellement élu. Mais Mahamat Idriss Deby ira certainement en homme souverain, mettant en avant les intérêts souverains de son pays.

Les craches papiers et autres marchands de la délinquance journalistique doivent respecter les élans d’un président qui vient d’être élu, et qui pose sa marque pour rehausser l’essor de son pays. Jeune Afrique le sait très bien, et si malgré les moult connaissances de ce journal il s’abaisse à produire des articles sur commande, c’est lui qui perd sa crédibilité. Payer pour y être servi, ou faire pression pour y être rétribué.

Le Tchad continuera d’avancer avec la 5e république au détriment des mauvaises langues.

Quant à celui qui commande les articles ça et là truffés de plusieurs mensonges, qu’il s’abaisse à faire les manigances de la Françafrique, seules méthodes connues auxquels l’individu est habitué, en s’aguichant avec les barbouzes de tout horizon pour exister. Il continuera de courir en pensant qu’il touche au but, mais tôt ou tard il sera rattrapé par la réalité, seul point au zénith.

Tchadanthropus-tribune

243 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire