Le moment que traverse notre pays est très difficile, la situation que vivent les Tchadiens au quotidien est grave. Il est impensable qu’un pays de 12 millions d’âmes soit pris en otage par des prébendiers (CHEBEDE) depuis 24 ans. Les Tchadiens, peuples jadis courageux, connus pour leur fierté, ayant stoppé la mémorable avancée de Ousmane Dan Fodio, ayant refusé la corvée imposée par les colons et qui a fini par la révolte de BEBALEM, sans oublier l’époque glorieuse de la bataille de AIN GALAKA et beaucoup d’autres résistances, ont cessé de croire à une vie meilleure. Ces Tchadiens là, ont subitement cédé à la fatalité et accepté l’humiliation quasi-quotidienne, imposée par Idriss Deby, son gynécée, sa progéniture et ses bouffons.

 

Notre étonnement est grand sur le comportement de l’élite intellectuelle de notre pays. Parfois on est tenté de s’interroger, pourquoi consacrer plus de deux décennies de sa vie à se former, apprendre, s’ouvrir au monde pour, en fin de compte venir se mettre totalement au service d’une crapule et d’un groupe de rapace fut-il arrivé au pouvoir par effraction comme c’est le cas du MPS. La réalité telle que vivent les Tchadiens aujourd’hui ressemble fort peu à la situation de l’Afrique du sud de la période d’apartheid.

 

Il est fort à parier que si les méthodes de gouvernances actuelles ne changent pas, le pays sombrera inéluctablement dans un chaos indescriptible. Chaque fois qu’il y a un événement, le président fait des discours pompeux pour promettre un changement dans la méthode de gestion de l’Etat, à l’exemple de son fameux « kermesse du désordre est terminée » ou encore « je ne couvrirai plus les corrompus » etc. . .

 

Lorsque la vie reprend son cours normal, le général Deby cède la place à Mister Idriss qui, égal à lui-même règle les comptes à ses concitoyens en oubliant toute notion d’Etat et s’érige en brute inconsciente de ses responsabilités. Il est dit quelque part que la méchanceté est la caractéristique principale des hommes souffrant d’un sentiment d’infériorité, se sentant obligés de salir toutes les personnes pouvant potentiellement paraitre plus brillantes à leurs yeux. N’est-ce pas le cas de Mister Idriss ?

 

Le changement au Tchad ne viendra que des Tchadiens eux-mêmes, surtout de la jeunesse qui doit se révolter pour arracher sa liberté confisquée. Ce n’est pas les gesticulations des partis politiques atones, sans réel programme politique ni assise nationale, parfois complices du système qui apporteront le changement. Ce n’est pas non plus les cris d’orfraies de certains chefs des mouvements politiques ayant causé l’échec de l’espoir de renversement initié par la jeunesse Tchadienne au Darfour qui feront l’alternance, malgré les discours inaudibles au nom des mouvements inexistants qu’ils font sur la toile à longueur de journée.

 

Le changement véritable viendra de la jeunesse Tchadienne toutes confessions et toutes régions confondues, quand elle aura pris ses responsabilités. Jeunesse ARDACHI a commencé sa part de travail de sensibilisation à tous les niveaux.

 

Fait à N’djamena, le 28 septembre 2014

JEUNESSE ARDACHI

NB: Image de nos confrères de Tchadpages

 

178 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article