Ils avaient été condamnés à de la prison ferme pour avoir manifesté contre une prolongation de la transition permettant au président tchadien de rester deux ans de plus au pouvoir. Ils avaient été graciés fin mars.

Quelque 259 hommes, des jeunes essentiellement, arrêtés à N’Djamena en marge d’une manifestation contre le pouvoir réprimée en octobre, condamnés à la prison ferme puis graciés fin mars, ont été remis en liberté samedi 8 avril. La secrétaire d’État à la Justice, Louise Borkou Ngaradoumri, a remis à chacun d’eux leur certificat de libération.

À LIRE : Succès Masra : « On ne réforme pas une dynastie, on s’en sépare »

Après plus de cinq mois de prison, « les 259 ont été amenés de la prison de Moussoro (300 km au nord-est de N’Djamena) au ministère et aussitôt libérés, chacun a regagné son domicile », a confirmé Me Frédéric Dainonet, le coordinateur de leur collectif d’avocats.

Disparitions

Plus de 600 jeunes, dont 80 mineurs, avaient été arrêtés à N’Djamena pendant et après une manifestation le 20 octobre 2022 qui avait fait officiellement 73 morts, mais bien davantage selon l’opposition et des ONG, pour l’essentiel des jeunes gens tués par balles par les forces de l’ordre.

À LIRE : [Exclusif] Déby Itno face à la crainte d’une nouvelle rébellion soutenue par Wagner

Ce jour-là, les manifestants avaient répondu à l’appel à manifester de l’opposition contre la prolongation de deux ans au pouvoir de Mahamat Idriss Déby Itno. Les jeunes arrêtés avaient été détenus un mois et demi dans une prison de haute sécurité à Koro Toro, à plus de 600 km de la capitale. L’opposition et les ONG avaient également dénoncé des disparitions, exécutions extra-judiciaires et tortures.

À LIRE : Mahamat Idriss Déby Itno : « Nous avons sauvé le Tchad du chaos »

Dans cette prison, 262 avaient été condamnés le 2 décembre à deux à trois ans de prison ferme notamment pour « attroupement non autorisé » et « destruction de biens ». Le 27 mars dernier, 259 avaient été graciés par Mahamat Idriss Déby Itno.

Jeune Afrique

1701 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire