La justice dans notre pays prend du plomb dans l’aile. Depuis un moment, plusieurs compatriotes n’ont plus confiance en la justice de notre pays parce qu’elle est gravement corrompue à travers ses juges et magistrats.

Il n’y a pas longtemps, les juges ont pris une décision assez grave envers les banques de la place avant qu’ils se dédisent sur leurs propres décisions. Des individus en maille avec des personnes accusent les banques et portent plainte sans fondement, dans le seul but de vouloir soustraire des sommes colossales aux banques de la place. À  la SGT, un individu proche de Mr Bedey, semble-t-il, demande réparation à une société de téléphonie mobile et exige le versement de plusieurs centaines de millions à la banque qui loge les comptes de ladite société. Et comble d’ironie c’est avec un juge que l’individu à monter son affaire jusqu’à ce que la justice condamne la SGT de lui verser presque 800 millions comme dommage et intérêt.

À Eco Bank, encore un autre individu passe par la justice pour vouloir plier la banque de manière illicite. 800 millions + 400 millions demandés par la justice en guise de réparation pour l’individu, un certain Abderaman. Ladite personne demandant réparation avait un problème avec un ressortissant européen qui l’avait arnaqué sur une affaire. Cet Européen a été arrêté et incarcéré à Amsinéné grâce à Interpol, avant qu’il ne puisse s’enfuir de la prison. C’est sur ces faits que l’individu revient demander à la banque de prendre l’argent sur le compte de l’Européen pour le rembourser. Évidemment la banque a refusé cette procédure qui la mettait en porte à faux avec ses règles. L’individu se retourne alors vers des juges qui prennent la décision d’obliger Eco Bank à obtempérer. L’affaire prit une tournure politico-financière, et la justice s’est ravisé à suspendre ses décisions.

Justice où injustice, Eco-Bank était ferme dans sa décision de ne pas enfreindre ses règles, et eut le soutien de toutes les banques de la place. Eco Bank voulait même plier bagage du Tchad si on l’obligeait à se soumettre. Ce n’est pas le cas des autres banques qui se trouvent à la guise des autres arnaques avec l’utilisation des juges corrompus.

Plusieurs compatriotes, à l’exemple des décisions de justice souvent injustes, expriment des cas de corruptions avérées des juges et des magistrats qui fonctionnent ainsi. Allez visiter les prisons et chacun d’entre nous sera stupéfait de nombre des personnes qui y sont parce que dans leur affaire, le juge a été corrompu, où que ce soit le ministère public qui s’y est mêlé.

Dès à présent, des états généraux de la justice s’imposent afin de toiletter la justice tchadienne qui souffre du cancer de la corruption.

Tchadanthropus-tribune

1516 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article