Le président de la république a interdit formellement la ‘’Diya’’ lors de la clôture de la 4èmeconférence des gouverneurs.

Dans le cadre de la gestion des conflits meurtriers, le chef de l’Etat a signifié dans son adresse aux autorités provinciales que l’application de la loi ne doit pas souffrir des compromis intercommunautaires. « Il ne sera plus jamais question d’absoudre un crime de sang par le tranchement d’une réparation civile négocié sur le dos de la justice » décide-t-il.

Poursuivant dans son adresse, le chef de l’Etat souligne qu’il ne sera plus question d’échapper à la sanction pénale juste parce que sa communauté s’est acquittée de la Diya.  « Cette pratique est par essence anti républicaine car elle anesthésie l’action publique par un simple arrangement intercommunautaire. Cette pratique est profondément injuste car elle introduit une discrimination entre les citoyens en permettant aux meurtriers qui ont des moyens d’échapper à une peine pénale et en envoyant en prison celui qui est incapable de payer le prix du sang » constate-t-il.

Pour lui, la pratique institutionnalisée de la Diya constitue une sorte de permis deal à ceux qui sont convaincu de la capacité financière de leur famille ou de leur communauté à payer leur crime. « La vie ne doit jamais être une marchandise monnayable » conclut-t-il.

Fini les belles paroles politiques passons aux actes dit un internaute, un autre compatriote en rajoute, c’est Déby ou quelqu’un d’autre, il dira aux siens qu’il n’a jamais dit cela comme les documents de l’arche de Zoé qu’il a nié en plein jour et signé un dimanche sous la pression de Sarkozy.

Tchadanthropus-tribune avec Tchadinfos

1339 Vues

  • A mon entendement, il n’est dit nulle part dans le discours que la diya est supprimé, il y a plutôt ré-séparation des droits –c’est-à-dire entre diya qui relève du droit civil (personnel et négociable) et droit pénal quand il s’agit d’un meurtre prémédité. Au Tchad jusqu’ici, comme relevé dans discours, il y a confusion, entretenu volontairement, entre meurtre involontaire et meurtre prémédité, surtout, dans le monde des soi-disant chefs de race, ou le soit disant« simple arrangement intercommunautaire » est appliqué dans tous les deux cas. Cependant, le meurtre prémédité qui est un crime pénal, sévèrement réprimé par la loi et dont la peine pourrait atteindre jusque la peine capitale (dans certains milieux ou circonstances) or le meurtre involontaire est une infraction frappée par la loi, certes, mais elle est civile. Même en Islam les deux catégories de meurtre sont traités séparément, mais le réseau de des chefs de race est un monde entièrement à part ou, en tout cas, un monde à coté de la loi. J’espère que, c’est fois ci la loi sera appliquée dans toute sa rigueur et à tout le monde.

    Commentaire par Al-Amine Mohammed Abba Seid le 7 octobre 2019 à 9 h 25 min