De source digne de foi, à l’est du Tchad, précisément dans la ville de Goz-beida, une famille a été obligée hors loi de la République à payer 100 chameaux et 10 millions en guise de dia à cause d’un fait de banditisme organisé et vol sur ses biens.

Selon une correspondance, ladite famille s’est retrouvée un bon matin face à un vide, parce que ses magasins ont été saccagés par des hommes venus avec des armes, et son bétail drainé vers d’autres lieux. Le lendemain, ladite famille fait appel à sa communauté pour expliquer et constater les faits. Puis, des groupes ont été formés pour aller sur les traces des bétails. Deux jours après, selon la correspondance, les assaillants ont été rattrapés et une bagarre s’en est suivi. Les assaillants auraient perdu deux hommes dans la bagarre. Les partisans de la famille a pu récupérer une partie des biens volés.

C’est par après que les autorités se sont saisies de l’affaire parce que les assaillants seraient venus déposer une plainte pour violence et mort d’hommes. Ils demandent réparation. Les autorités exigent à la famille de payer une dia de 100 chameaux et 10 millions de FCFA aux assaillants.

La question qui se pose actuellement, comment les autorités peuvent imposer à une famille qui a été attaquée sur ses propres biens de payer cela ? Où est la justice dans ce pays ? Pourquoi c’est toujours aux mêmes qu’il faut accepter de céder ?

Pire, que vaut l’annonce d’Idriss Déby lors de la conférence des gouverneurs à Abéché dans la capitale du Ouaddaï ? N’est-ce pas lui qui s’est prononcé sur la dia et ses conséquences dans la société ?

Ce n’est pas en acceptant des formes d’injustices similaires que notre société pourra aller de l’avant. Même face à la faiblesse et la complicité tacite de l’État avec certains individus, qu’on n’oublie pas que les Tchadiens ont une mémoire d’éléphant. Rien ne s’oublie.

Tchadanthropus-tribune

787 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article