De source de la justice au bureau du procureur de la République, le colonel fuyard Abdoulaye Ahamat Haroun condamné et enlevé par ses parents devant le tribunal de grande instance de N’Djamena, ce jeudi 17 septembre 2020, a été retrouvée après quelques heures de fuite. » Il a été retrouvé et se trouve entre les mains des services de sécurité. Il sera réintégré dans sa cellule » déclare le procureur de la République près le tribunal de grande instance de N’Djamena, Youssouf Tom, joint au téléphone.

L’évènement qui s’est passé ce jour a choqué plus qu’un tchadien et pose réellement le problème de cohabitation entre compatriotes sur le même sol national. Tous les Tchadiens sont unanimes, que la Justice tchadienne est défiée à tout moment, et le pouvoir d’Idriss Déby ne sait à quel saint se vouer tant que ce sont les siens qui n’observent pas les lois de la République.

Dans cette affaire, Idriss Déby est le 1er magistrat, et l’outrage à magistrature observé ce matin le concerne en 1er lieu.

Les gens qui ont commis cet acte au palais de la justice hier matin doivent être interpelés pour outrage à Magistrat, port illégal d’armes de guerre, et racisme, puisqu’un des juges a été traité d’esclave.

Le silence continuel des Tchadiens mène inéluctablement vers ces conséquences, ou on les soupèse et on les traite de peureux. Ce silence ne doit plus avoir lieu et que chacun selon le droit doit défendre ses acquis. Le Tchad est notre pays à nous tous, si nous l’aimons, nous devons nous respecter les uns aux autres, et respecter les lois de notre pays. L’arrogance observée, les insolences de mise et les comportements illicites de haute facture ne pourront que détériorer le peu des acquis qui nous reste.

Ce Colonel est maintenant entre les mains de la Justice, à l’État d’appliquer dans les normes ce que les juges ont annoncé.

Tchadanthropus-tribune

1064 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article