Convoqués par l’ancien ministre Toupta Boguena à la police judiciaire pour diffamation, Martin Inoua Doulguet et Abderaman Koyo, respectivement Directeur de publications du journal Salam Info et le Moustique se sont présentés ce vendredi 16 août 2019 au parquet de N’Djamena. Comme une lettre à la poste, les deux DP sont placés sous mandat de dépôt et déférés aussitôt à la maison d’arrêt d’Amsinéné. Les faits, rien que les faits !

C’est depuis plus de trois heures de temps que les prévenus avec leurs avocats, la partie civile et les journalistes attendent devant le bureau du 8e substitut du procureur auprès de qui le dossier est orienté. Arrive l’avocat de l’ancien ministre Me Alain Kagonbé, qui se précipite d’entrer automatiquement dans le bureau du procureur responsable du dossier. Cinq minutes plus tard, Me Alain Kagonbé sort du bureau et s’approche de sa cliente Toupta Boguena, ancienne ministre et ambassadrice.  10 minutes après avoir reçu en privé Me Alain Kagonbé, le procureur demande aux prévenus et à la partie civile d’entrer. Après une dizaine de minutes de confrontation (pendant laquelle les autres journalistes n’ont pas eu accès), le procureur demande à l’assistance de prendre une petite pause avant de revenir. Pendant la pause, Me Alain Kagonbé s’approche de Martin Inoua Doulguet, Directeur de publication de Salam Info pour lui faire comprendre qu’il passera un peu de temps à la maison d’arrêt d’Amsinéné. Le tout puissant avocat de la toute puissante ministre aurait même promis une autre plainte de lui-même contre Martin Inoua Doulguet. « Comme tu connais, beaucoup écrire sur les gens là… », a-t-il lancé à haute voix à Martin Inoua Doulguet.

Après une dizaine de minutes de pause, le procureur rappelle l’assistance et décerne un mandat de dépôt contre les deux DP comme l’a prédit l’avocat de la partie adverse 5minutes avant.

Ayant appris la nouvelle, le monde devant le bureau du 8e substitut du procureur murmure de partout. « C’est trop flagrant », « il n’y’a pas de justice dans ce pays », « c’est une justice à deux vitesses », « c’est une affaire ficelée d’avance », peut-on entendre de toute part. Alors que déjà placés sous mandat de dépôt, l’ancienne ministre plaignante      Toupta Boguena envoie appeler l’officier chargé d’amener les deux DP à la maison d’arrêt pour une entrevue. Après 5 minutes d’entretien privé avec l’OPJ, la plaignante rentre dans sa voiture.

Par manque de véhicule pour ramener les deux désormais prisonniers à Amsinéné, le véhicule du Directeur de Publication de Salam info à servi à accomplir la tâche avec le propriétaire lui-même au volant.

À suivre…

Tchadanthropus-tribune

1240 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article