Dans une note circulaire adressée ce 13 décembre aux chefs de juridictions, le  ministre de la Justice et des Droits humains, Mahamat-Ahamad Alhabo dit constater que « les chefs de juridictions, chacun à son niveau, recrutent de manière anarchique des interprètes ad ‘hoc et d’autres personnels d’appui telques les chauffeurs, techniciens de surface, plantons, etc., sans lien avec les besoins réels des juridictions et sans en informer la chancellerie ».

Mahamat Ahmat Alhabo déplore également  les états de paiement sur les frais de Justice criminelle qui sont établis et envoyés dans les Trésors régionaux, pour paiement avec des montants souvent exorbitants.

Selon le Garde des Sceaux,  ceci pose « de sérieuses difficultés avec les services financiers d’une part, et d’autre part, elle n’obéit pas à l’orthodoxie administrative et aux règles de management pour une bonne maîtrise du personnel d’appui par la Direction des Ressources Humaines et de la Planification ».

Par conséquent, il est demandé aux chefs de Cour de transmettre à la Chancellerie, la liste des interprètes ad’ hoc sélectionnés au plus tard le 31 décembre 2022. Ce qui permettra aux services financiers de prendre en charge les paiements.

Un arrêté avec les identités des personnes retenues pour une période d’un an renouvelable » en ce qui concerne le personnel d’appui sera désormais établi, conclu le garde des sceaux.

Le Tchadanthropus-tribune

2552 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire