Arrêtés le 27 novembre dernier par la police à la radio FM liberté et accusés de trouble à l’ordre public et rébellion s’est tenu ce vendredi au palais de justice de N’Djamena sous haute surveillance policière.

Après trois heures de plaidoirie, le dossier est mis en délibéré pour le 11 décembre prochain.

Kemba Dida Alain, coordonnateur du Mouvement Citoyen le Temps, Bessané Eloge imprimeur et Saleh Mamadou conducteur de moto taxi tous arrêtés par la police vendredi dernier, dans le sillage de l’interdiction de la tenue du forum citoyen initialement prévu du 27 au 29 novembre 2020 à Ndjamena ont comparu ce vendredi.

Tous les trois sont poursuivis par le ministère public pour acte de rébellion et trouble à l’ordre public.

À la barre, les trois prévenus n’ont pas reconnu les faits qui leur sont reprochés.

Kemba Dida Alain, coordonnateur du Mouvement Citoyen le temps, dit avoir ce jour fait le déplacement à la radio Fm Liberté pour tenir une conférence de presse à défaut d’un point de presse pour prendre acte de la décision du ministère de la Sécurité et informer les participants à ce forum de l’interdiction du forum citoyen initialement prévu du 27 au 29 novembre 2020 au Centre Al Mouna.

Bessané Eloge, imprimeur arrêté dans son atelier le même jour par les éléments de la sécurité dit avoir tout simplement imprimé la banderole pour la tenue du point de presse et il ne se reconnait pas dans cette affaire.

Le conducteur de moto taxi, Saleh Mamadou arrêté par les éléments de la sécurité à l’entrée de la radio Fm Liberté indique quant à lui, que ce jour, il a tout simplement apporté la banderole aux organisateurs à FM LIBERTÉ moyennant une somme de 250fcfa pour la course.

La cour a requis 15 jours d’emprisonnement ferme et 25 000 FCFA d’amende contre Kemba Dida Alain, coordonnateur du Mouvement Citoyen le Temps et relaxe pour doute l’imprimeur Bessané Eloge et le conducteur de moto taxi Saleh Mamadou.

Mais les 14 avocats des accusés ont tous plaidé pour la relaxe pure et simple de leur client puisqu’ils estiment que les éléments constitutifs des infractions de trouble à l’ordre public et rébellion ne sont pas constitués.

Ainsi, après trois heures de procès, le dossier est mis en délibéré pour le 11 décembre prochain… À suivre.

Tchadanthropus-tribune

443 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire