Le barreau du Tchad souffle sur sa 25 eme bougie ce 15 Mars 202 3. 25 ans marqués par une rentrée solennelle à laquelle les professionnelles du droit marquent d’une pierre indélébile l’évènement. Cet évènement placé sous le thème « La profession d’avocat à l’épreuve des périodes de la transition  » a vu la présence de plusieurs autorités au rang des quels  le président de transition, le Chef de l’Etat, président du Conseil supérieur de la magistrature  le Général Mahamat Idriss Deby Itno.

Au cours de cette rencontre du donné et du recevoir, l’accent a été  mis sur l’évaluation du chemin parcouru  et les défis à relever pour que la profession d’avocat retrouve la place qui est la sienne rassure la présidente du comité d’organisation : « Avocat, nous devons être le creuset  facilitant l’appréhension, l’appropriation de ces concepts par la population. Puisse ce 25 anniversaire affermir notre engagement  à apporter davantage de lumière judiciaire dans notre pays qui en a tant besoin ». a –t-elle interpellée ses confrères

Le Bâtonnier de l’Ordre des Avocat du Tchad Maitre Djerandi laguerre Dionro situe que le métier d’avocat est noble. Raison pour laquelle il sollicite des pouvoirs publique un appui sécuritaire pour remplir cette noble mission. «  Mr le Président de Transition, l’exercice libre et en toute sécurité de la profession d’avocat et l’indépendance du barreau sont des caractéristiques fondamentales d’une bonne administration de la justice, et donc de l’Etat de droit. Dès lors, les garanties dans l’exercice de la profession décrit ci-dessus ne peuvent être assuré que par l’Etat que vous incarner et qui a l’obligation de prendre les dispositions nécessaires pour que rien n’entrave le travail quotidien des avocats du barreau du Tchad et que leurs sécurité soit assurer » peut-on entendre le Bâtonnier

Invités à cette rentrée solennelle, le président de l’union des barreaux de l’Afrique Centrale, le bâtonnier Maitre Patrice Monté et le président en exercice de la conférence internationale des barreaux,  Oumarou sandrakadi , invitent leurs confrères du Tchad à saisir cette opportunité pour corriger les lacunes à l’effet de rendre plus dynamique leur corporation.

Mahamat Ahmat Alhabo ministre de la justice lui a souligné à son tour que cette rencontre de grande envergure marque un nouveau départ dans la vie Professionnelle des Avocats.  Il exhorte ces derniers à ne pas s’écarter des règles déontologiques de leur profession gage de leur crédibilité.

 

Le Président de transition le générale Mahamat Idriss Deby Itno a sans langue de bois décrié le comportement des responsables de la chaine judiciaire au Tchad. Comportement qui selon le Chef de l’Etat a rendu la justice Tchadienne malade. Il invite les pratiquants  à un examen de conscience  professionnelle pour redynamiser le secteur de la chaine judiciaire dans son ensemble.

« Il faut le dire, sans complaisance,  la justice Tchadienne, va mal. En effet ce disfonctionnement de la justice constitue un de nos principaux problèmes dans notre pays. » a laissé entendre le Chef de l’Etat le Général Mahamat Idriss Deby Itno. Il renchérit ses propos par le fait que les présumés auteurs des évènements survenue à Sandana n’ont jusques là pas été jugé bien qu’ils soient arrêtés et remis à la justice ainsi que l’arrestation de quelques groupes de personnes dans le Lac relâchés plus tard et qui ont causé des meurtres.

 

Le Tchadanthropus-tribune

1866 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire