Comme nous vous l’avions énuméré dans notre édition précédente, l’ancien maire de la ville de N’Djamena Saleh Abdelaziz Damane a obtenu une libération provisoire en attendant la clarification de son dossier, qui dans le cas d’espèce est tout à fait clair puisque cette fois-ci il n’a pas tapé dans la caisse comme cela avait été dit.

Le dilemme de cette affaire repose entre les mains d’une gent qui a voulu coute que coute l’accuser, par ce que celle-ci n’avait pas pu percevoir sa part. Dans le coup, le tout N’Djamena le sait, réside des autorités de haut rang, un ministre, et un représentant de la ville de N’Djamena, et des complicités au sein de la mairie.

Résultat Saleh Abdelaziz Damane fut éclaboussé, et demi de ses fonctions avant de le renvoyer en prison.

Qu’avait prouvé la police judiciaire lors de son interpellation. Il a été cuisiné 48 h durant pour un montage malsain parce que selon nos sources, 2 policiers affirment qu’ils ont reçu l’ordre de ne pas laisser filer Saleh Abdelaziz Damane, et de faire figurer dans le PV des malversations financières sur les fonds de la mairie.

À Saleh Abdelaziz Damane de laver son honneur, et de démontrer le contraire, car l’argent des Tchadiens ne peut en aucun cas disparaitre dans les poches des individus appelés à servir le pays.

Tchadanthropus-tribune

861 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article