Sur  plus  de 300 manifestants arrêtés suite aux événements du 20 octobre à N’Djamena et déportés à KOROTO, 59 prévenus sont déclarés non coupables, 80 ont été condamnés à des peines d’emprisonnements avec sursis et 262 prévenus ont été condamnés à une peine d’emprisonnement ferme. En rappel, ces derniers ont été arrêtés pour avoir manifesté contre la prolongation de la transition de 24 mois. Une manifestation qui a causé des pertes en vies humaines et matérielles.

3096 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire