La Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC) a consacré ce mercredi 3 avril un sommet extraordinaire à la situation en Centrafrique, dix jours après le renversement du président François Bozizé. Un sommet qui s’est tenu à Ndjamena et qui s’est achevé dans la soirée. Le nouvel homme fort de la RCA, Michel Djotodia, n’y assistait pas. La Centrafrique était représentée par son Premier ministre Nicolas Tiangaye. Bilan de ce sommet.

« Il nous est impossible de reconnaître un président autoproclamé », a lancé le président tchadien Idriss Déby avant d’énumérer les principales décisions de la réunion de Ndjamena.

Première décision : la création d’un collège qui sera désigné par les forces vives, c’est-à-dire toutes les composantes de la société centrafricaine. C’est elle qui désignera à son tour le chef de l’exécutif centrafricain qui aura en charge de diriger le pays pendant les dix-huit mois que durera la transition.

Deuxième décision : un organe législatif appelé « constituant » désigné de la même façon, sera chargé de rédiger la Constitution et légiférera en attendant la mise en place d’une Assemblée nationale élue. Ces décisions des chefs d’Etat seront portées dès jeudi par les ministres des Affaires étrangères au pouvoir en place à Bangui. Les partenaires Union africaine, Union européenne, Nations unies et la Francophonie ont été invités à se joindre aux ministres. Ensuite, sur la base des résultats de cette visite, un autre sommet sera convoqué à Ndjamena pour prendre une décision politique qui « va sauver la Centrafrique et mettra fin au désordre dans ce pays ».

 

Zuma retire ses troupes en Centrafrique
 

Le président sud africain Jacob Zuma avait fait le déplacement de Ndjamana, après la mort d’au moins 13 soldats sud-africains pendant la bataille de Bangui. Il a décidé de retirer les forces sud-africaines en Centrafrique, des forces qui avaient subi de lourdes pertes le 23 mars dernier.

Les chefs d’Etat d’Afrique centrale ont par ailleurs encouragé le chef de l’Etat béninois Thomas Boni Yayi à répondre favorablement à une éventuelle demande d’asile que pourrait lui adresser Francois Bozizé et peut être aussi sa famille.

RFI

124 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article